Retour

« On moud le café en pédalant » : après les camions, la bouffe de rue à vélo

La cuisine de rue s'établit de plus en plus à Montréal. Mais après les camions, certains se lancent dans la cuisine sur trois roues et à pédales. Espresso, churros au caramel ou barbe à papa à l'érable, l'offre plus raffinée de ces nouveaux « vélos-bouffe » nous change des traditionnels marchants de crème glacée à bicyclette.

Un texte de Vincent Maisonneuve

Maxime Richard est propriétaire du Pista, un café mobile sur trois roues. Espresso, latté, ou capuccino, Maxime Richard peut préparer toute une variété de café de très grande qualité, sans quitter le siège de son triporteur et sans avoir besoin d'électricité.

Pour voir la vidéo sur votre appareil mobile, cliquez ici.

La pompe qui achemine l'eau du réservoir à la cafetière est également activée par le pédalier. L'eau est chauffée par un système au gaz.

« À l'intérieur, le système d'engrenage est très complexe. Il faut s'assurer que tout soit bien aligné », explique Maxime Richard, qui précise qu'il s'agit de la toute « première machine du genre en fonction ».

La conception a été réalisée par deux étudiants britanniques. Maxime Richard les a rencontrés par hasard à Londres. Ils ont décidé de tester d'abord le café mobile à Montréal. « Je me suis retrouvé un peu comme leur cobaye sur la machine. Depuis un an, on se pratique. On fait des cafés dans les événements. »

Avec leur flotte de vélos plaqués de bois de granges recyclé, les deux concepteurs des Triporteurs offrent desserts et gâteries qui nous changent des « popsicles » trois couleurs. « Lors des festivals, notre offre se concentre beaucoup sur les pâtisseries, les bretzels, les churros et la barbe à papa à l'érable », explique François Cormier, copropriétaire des Triporteurs.

À l'arrière d'un des tricycles, ils ont installé une machine pour faire de la barbe à papa à l'érable. Leur vélo à crème glacée peut se transformer en bar à sundae. Si François Cormier est issu du monde de la restauration, son partenaire, Olivier Lajoie, est spécialisé dans la fabrication de tricycles orthopédiques et industriels.

François Cormier souligne qu'il s'agit d'une « plateforme plus petite et plus rapide. On a pu faire quelque chose d'intéressant à moindre coût ».

Les « vélos-bouffe » sont peut-être plus mobiles que les camions-cuisine, il faut cependant toute une forme physique pour les déplacer. Maxime Richard, du Pista café, admet qu'un des défis est d'avoir « assez de jus de cuisse pour compléter la journée ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


10 domaines où les robots sont indispensables





Rabais de la semaine