Le festival de musique Osheaga est en train de s'installer sur l'île Notre-Dame en prévision des 50 000 visiteurs attendus en fin de semaine. Avec ce nouvel emplacement plus près de chez eux, les résidents de Saint-Lambert redoutent toujours le bruit.

Cette année, l’événement a été contraint de quitter l'île Sainte-Hélène pour s'installer au circuit Gilles-Villeneuve de l'île Notre-Dame.

Malgré l’étroitesse du nouvel emplacement, les organisateurs ont pu conserver le même nombre de scènes, soit sept réparties sur un kilomètre.

L’expérience sera différente des autres années, mais conservera le même niveau, assure Nick Farkas, programmateur chez evenko.

Les milliers de festivaliers ne pourront accéder au site que par une seule entrée : la passerelle du Cosmos. Les organisateurs ne croient pas que la fluidité des déplacements ni la sécurité du public seront en jeu.

« Ils ont sorti environ 100 000 personnes pour le Grand Prix, estime Nick Farkas, nous ne sommes juste la moitié. On a vu, on a regardé ce qu'ils ont fait, puis on a adapté notre plan. »

D’ailleurs, pour une première fois en cinq ans, le festival n’affiche pas complet avant son ouverture.

Appréhension sur la Rive-Sud

À Saint-Lambert, les résidents craignent une fois de plus d’être importunés par les concerts installés plus près de leur rive. Déjà le 20 juillet dernier, la prestation de Metallica en avait incommodé certains. La scène était adossée au pont Victoria, sur l'île Notre-Dame.

Chez evenko, les organisateurs assurent qu'ils mettent tout en place pour contrôler la diffusion du bruit. D’une part, les scènes ne feront plus face à Saint-Lambert, mais devraient être orientées parallèlement au canal, voire se faire face.

Des tours de délais permettront en plus de diriger le son, ajoute Nick Farkas. Reste à savoir si ces efforts seront perceptibles aux oreilles des Lambertois.

Avec les informations de Valérie-Micaela Bain

Plus d'articles

Commentaires