Le gouvernement fédéral s'occupera du démantèlement du Kathryn Spirit, ce cargo abandonné qui risque de plus en plus de sombrer dans le lac Saint-Louis, mais ne pourra agir avant d'avoir le feu vert de Québec.

En entrevue à l'émission Le 15-18, mardi, le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, a voulu rassurer la population.

Les risques environnementaux sont jugés trop élevés pour que l'opération s'effectue ailleurs. S'il devait être déplacé, le cargo pourrait déverser du mazout, du diesel et de l'eau souillée dans le lac.

Le temps presse, puisque deux des câbles installés la fin de semaine dernière ont cédé, ce qui risque de faire chavirer le cargo dans le lac.

En attente du ministère provincial

Le ministre Garneau a fait savoir qu'il était en relation avec le ministère de l'Environnement, à Québec, et qu'il travaillait de pair avec le ministre fédéral des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, Dominic LeBlanc, sur le dossier.

« La Garde côtière surveille le navire depuis longtemps. On a mis en place une estacade, on a des remorqueurs en stand-by, un hélicoptère... Mais à long terme, il faut démanteler le navire. Et avant de pouvoir procéder, ce qu'il nous faut, c'est les autorités nécessaires venant du provincial », a souligné le ministre des Transports.

L'autorisation de Québec est nécessaire pour des « questions de zonage », selon M. Garneau. « Il faut transformer cet endroit en zone industrielle pour que le travail puisse se faire, et il faut aussi une évaluation environnementale. Ça relève du municipal et du provincial. »

Comment se déroulera le démantèlement?

Avant de pouvoir procéder, il faut stabiliser le navire et protéger la zone où se trouve l'épave. L'une des idées retenues est de bâtir une digue afin d'éviter que les résidus ne se répandent dans le lac, a expliqué M. Garneau.

Le maire de Beauharnois, Claude Haineault, a annoncé qu'un mur de pierre d'une largeur de près de 8 mètres (25 pieds) serait construit tout autour du bateau. « On va le ceinturer, puis on va l'assécher et pomper l'eau qu'il y a dedans. Donc, on va mettre le bateau complètement à sec à l'intérieur du mur de pierre. Après, on va faire les travaux de démolition, retirer toutes les pièces de l'eau et enlever le mur de pierre. »

Dès que le gouvernement fédéral a été avisé de la situation, un comité comprenant deux ministères a été créé, a rappelé M. Garneau.

Ce comité a estimé en avril que les coûts de l'opération s'élèveraient entre 10 et 15 millions de dollars. Le ministre des Transports n'était toutefois pas en mesure de divulguer un montant précis mardi, tant que les experts n'auront pas procédé à une évaluation.

Marc Garneau a affirmé que son ministère envisageait plusieurs mesures législatives afin d'éviter qu'une situation comme celle du Katryn Spirit ne se reproduise. « Les Canadiens ne le savent peut-être pas, mais il y a des centaines d'épaves et de bateaux abandonnés sur la côte est. Mon ministère travaille à trouver une solution à long terme à ce problème. »

Plus d'articles

Commentaires