Retour

Oublié dans une voiture, un poupon de 6 mois est mort

Une tragédie est survenue vendredi en fin de journée, dans le sud-ouest de Montréal, quand un poupon de 6 mois a été retrouvé mort dans l'auto de son père.

En matinée, le père devait déposer l'enfant à la garderie Imagination, située au coin de la rue William et du boulevard Robert-Bourassa, aux limites de Griffintown.

Vers 17 h 30, il est revenu à la garderie afin de récupérer son enfant, mais il s'est alors fait répondre que le bébé n'y avait jamais été amené, a expliqué un porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Le père s'est immédiatement précipité vers son véhicule, stationné non loin, pour constater que son fils s'y trouvait toujours. Il l'a transporté en vitesse à l'intérieur de la garderie, où il a tenté de le réanimer avec l'aide des éducatrices.

Les premiers répondants sont rapidement arrivés sur les lieux du drame et ont poursuivi les manoeuvres de réanimation, mais le décès du bambin a été confirmé sur place.

La police croit ainsi que l'enfant a passé plusieurs heures dans le véhicule de son père tandis que la température a atteint 25 degrés Celsius, vendredi.

« C'est une situation qui est très difficile autant pour les parents, le personnel de la garderie et les premiers répondants », a expliqué Jean-Pierre Brabant, porte-parole du SPVM.

Le père et la mère ont subi un violent choc nerveux. Ils ont été transportés à l'hôpital.

Le drame pourrait mener à une enquête du coroner.

Le stress et la routine en cause

Selon le psychologue Nicolas Chevrier, la charge mentale et le stress vécu par les parents peuvent malheureusement expliquer la raison pour laquelle de tels événements se produisent.

« Cet état de fait va nous mener à nous concentrer davantage sur l'avenir, sur les réunions que nous aurons au cours de la journée. Nous tomberons alors davantage en mode automatique et verrons plutôt le moment présent comme tenant de la routine », a-t-il déclaré en entrevue sur les ondes de RDI.

Il suffit alors d'une erreur, d'un oubli en apparence anodin pour que cela puisse avoir de graves conséquences, a estimé le spécialiste.

« Notre cerveau nous joue des tours quand nous vivons beaucoup de stress dans notre vie. » Il est important d'intervenir pour réduire cette charge mentale, a poursuivi M. Chevrier.

Le spécialiste implore par ailleurs les deux parents touchés par cette tragédie d'obtenir de l'aide psychologique pour espérer remonter la pente.

De tristes précédents

Cette tragédie n'est pas la première du genre au Québec.

En 2016, un enfant d'un peu moins d'un an a été découvert sans vie dans le véhicule de son père, à Saint-Jérôme, dans les Laurentides. Ce dernier croyait l'avoir déposé à la garderie, mais en fin de journée, au moment de récupérer l'enfant, il avait constaté son oubli.

Une autopsie a été menée pour déterminer la cause exacte de la mort de l'enfant, mais le Directeur des poursuites criminelles et pénales a fait savoir que le père ne serait pas accusé dans cette affaire.

Une autre histoire similaire a eu lieu en 2003, à Montréal. Un père de famille avait alors oublié sa fille de 23 mois toute la journée dans sa voiture, stationnée près du métro LaSalle. Il croyait lui aussi l'avoir déposée à la garderie avant sa journée de travail.

Le père a été accusé d'homicide involontaire, mais l'accusation a ensuite été retirée.

Selon l'organisme KidsAndCars.org, environ 40 enfants meurent chaque année aux États-Unis après avoir été oubliés dans un véhicule par une journée chaude.

Plus d'articles