Retour

Outremont met à l'essai de nouveaux passages piétonniers en trois dimensions

L'arrondissement d'Outremont met à l'essai ces jours-ci des passages piétonniers en trois dimensions pour inciter les automobilistes à ralentir et être plus vigilants aux intersections.

Cette nouvelle façon de peindre les zones piétonnières sur la chaussée consiste à donner une perspective de hauteur et de profondeur aux bandes blanches qui signalent un passage pour piétons aux intersections.

Le principe derrière cette idée veut que les automobilistes, qui perçoivent les bandes blanches comme si elles ressortaient de la chaussée, soient davantage interpelés par la présence d’un passage piétonnier et par conséquent plus enclins à ralentir à leur approche.

Cette nouvelle idée mise à l’essai dans des villes de France, d’Allemagne, de Chine, d’Inde et d’Islande a également été adoptée par l’arrondissement d’Outremont, qui a peint mardi un passage en 3D à l’intersection des rues Bernard et Champagneur.

Selon Mindy Pollak, conseillère de l’arrondissement d’Outremont, il s’agit du premier passage 3D au Canada. Son coût est de 3000 $, contre 200 $ pour un passage piétonnier conventionnel, précise-t-elle.

Mais à 15 fois le prix d’un passage piétonnier ordinaire, cette nouvelle signalisation a-t-elle vraiment un impact sur le comportement des automobilistes et piétons? Il est certes encore tôt pour le dire, mais selon les automobilistes que nous avons questionnés à l’intersection des rues Bernard et Champagneur, l’effet 3D de ces nouveaux corridors serait plutôt mitigé.

Des avis partagés

Si plusieurs automobilistes ont salué la mesure, plusieurs d'entre eux ont affirmé candidement n’avoir rien de vu de spécial lorsqu’ils ont franchi l’intersection.

« On ne les voit pas vraiment. Là, je les vois, car je suis arrêté, mais en roulant tu ne les vois pas », a pour sa part commenté un cycliste qui venait de franchir l’intersection.

Véronique Laberge Gaudin, mère de trois enfants, apprécie quant à elle l'effort de l’administration municipale pour ralentir la circulation.

« J'attendrai de voir les résultats, mais je suis sûre que cela fera une différence », a-t-elle dit.

Une mesure cosmétique?

Mais Daniel Lambert, porte-parole de l'Association des piétons et cyclistes de Westmount, doute pour sa part que ce type de corridors en 3D augmente réellement la sécurité des piétons.

Selon lui, si la Ville de Montréal veut sérieusement protéger les piétons, « elle doit faire plus que des mesures cosmétiques ».

Il estime que Montréal devrait plutôt s'inspirer de Toronto, où des enseignes lumineuses en hauteur peuvent être actionnées par les piétons pour prévenir les automobilistes que quelqu'un s'engage dans l'intersection.

Daniel Lambert se demande également si les passages pour piétons en 3D passeront l'été puisque la Ville de Montréal utilise des peintures à l'eau dans les rues, plus respectueuses de l'environnement, mais beaucoup moins durables.

La sécurité des piétons et des cyclistes est un enjeu constant à Montréal. Ironie du sort, le jour où on peignait le premier passage piétonnier en 3D à Montréal, un piéton a été tué par un poids lourd à l’intersection du boulevard Gouin et de l’avenue de London, dans Montréal-Nord.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Trop mignons ces animaux qui font dodo





Rabais de la semaine