Plus de peur que de mal pour Max Pacioretty... Atteint accidentellement au visage par un bâton mardi, le capitaine du Canadien était de retour à l'entraînement mercredi, à quelques heures du premier match contre les Rangers de New York.

Claude Julien a confirmé qu'il serait en uniforme pour le premier match de la série au Centre Bell.

L'entraîneur-chef n'en a jamais douté. « On est très optimistes qu'il soit correct », avait-il indiqué dans son point de presse, mardi,

Pacioretty a été contraint de quitter l’entraînement la veille, après avoir été atteint sous un oeil par la lame du bâton de Michael McCarron.

Le coup lui a laissé un oeil au beurre noir, mais il semble y avoir eu plus de peur que de mal pour le capitaine.

Alexei Emelin, toujours aux prises avec une blessure au bas du corps, sera donc le seul joueur régulier hors de la formation de Julien mercredi soir.

Julien, confiant et serein

Ceux qui se souviennent du premier séjour de Claude Julien à Montréal se rappelleront peut-être d'un entraîneur très tendu, toujours sur ses gardes.

Ç'avait été d'autant plus vrai lors du beau parcours des Bruins de Boston en 2011, avec une victoire sur les Canucks de Vancouver d'Alain Vigneault en grande finale.

Un contraste, jusqu'à présent, avec l'attitude décontractée qu'affiche le pilote du Tricolore.

« Je pense que l’expérience avec les années t’aide à devenir comme ça », a-t-il expliqué après l'exercice matinal, mercredi.

« Je ne suis pas le genre à être nerveux, je suis plus le genre à être excité. On travaille fort pour se rendre ici. Être nerveux, ça peut être normal pour certains, tout le monde réagit différemment. Comme joueur j'avais des papillons. Comme entraîneur, je suis plus clame. Ça ne veut pas dire que tu n'es pas excité pour autant. Pour l'instant, je suis calme, mais j'ai hâte que ça commence », a ajouté Julien.

Le Franco-Ontarien s'est aussi voulu rassurant lorsqu'il a été question d'un des fers de lance de son attaque, Alexander Radulov.

Le Russe n'a disputé aucun match éliminatoire dans la LNH depuis 2012. Julien a expliqué pourquoi il a foi en ses capacités.

« Parce que c'est un vétéran, a-t-il précisé. Il est passé par là même si c’était dans une autre ligue. »

« Il n'est pas un jeune joueur qui arrive du junior. Ce genre de gars-là s’ajuste très rapidement. On a beaucoup de jeunes, mais beaucoup de vétérans qui les entourent et qui ont de l'expérience en séries. On compte sur eux pour les aider », a fait valoir Julien.

Radulov totalise 14 points en 18 matchs depuis le début de sa carrière dans les séries de la LNH. Il en a ajouté 83 en 86 rencontres dans la Ligue continentale russe (KHL).

Plus d'articles

Commentaires