Retour

Pacioretty et le Canadien s'éclatent contre les Sabres

Mené par son capitaine Max Pacioretty, le Canadien n'a fait qu'une bouchée des Sabres de Buffalo au Centre Bell, mardi soir, pour signer une victoire de 5-2.

Un texte d'Alexandre Gascon

Pacioretty a complété son tour du chapeau au début de la troisième période lorsqu’il a sauté sur une rondelle libre dans l’enclave. Il avait auparavant profité de deux savantes remises d'Alexander Radulov pour marquer à chaque période.

Il s’agit de sa deuxième soirée du genre cette saison après sa prestation de quatre buts contre l’Avalanche du Colorado le 10 décembre. Pacioretty totalise maintenant 24 filets. Il n’en avait marqué que 4 après 19 matchs.

Le trio du capitaine, également composé de Phillip Danault et de Radulov, ressemblait davantage à celui de Mario Lemieux, de Jaromir Jagr et de Kevin Stevens des Penguins de Pittsburgh du milieu des années 1990.

Radulov a certainement connu l’une de ses meilleures rencontres de la saison en créant constamment des ouvertures en or à ses compagnons. Toutes à cinq contre cinq, convient-il de préciser. Il termine le match avec deux passes.

Le Canadien a bénéficié de renfort avec les retours d'Andrei Markov, de Greg Pateryn et de David Desharnais. Jeff Petry, par contre, manquait à l'appel, ennuyé par un virus.

« Ça replace tranquillement les gars à leur place (dans la formation), a noté Therrien. Ç'a un impact sur notre équipe. »

« On voit à quel point on est bons quand on patine » - Pacioretty

Le capitaine et ses deux complices ont volé la vedette et même si Michel Therrien martelait qu'il s'agissait d'une « belle victoire d'équipe », il a dû répondre aux louanges adressées à son premier trio.

Pour Pacioretty, le Tricolore est « difficile à suivre » quand il déploie cette vitesse.

On voit à quel point on est bons quand on patine comme ça. (...) On effectue nos changements très rapidement. Des fois, je regarde sur la glace, on a fait trois changements et ce sont toujours les mêmes défenseurs (de l'autre équipe) qui sont là.

Max Pacioretty

Carey Price a perdu son jeu blanc en fin de troisième période, battu par Dmitry Kulikov et Brian Gionta.

Kulikov, l'ancienne gloire des Voltigeurs de Drummondville n'est plus que l'ombre de lui-même cette saison depuis qu'il est passé des Panthers de la Floride aux Sabres. Il s'agissait de son premier but de la saison...et de son deuxième point.

Une contribution répartie

Le Canadien a avalé tout rond une proie qui n’était pas de taille. Trop souvent, Buffalo semblait impuissant, médusé par la rapidité des attaquants du Tricolore et l’efficacité de la relance défensive.

« La pause du match des étoiles est arrivée au bon moment pour le CH, n'a pas manqué de souligner Therrien. Avec l'énergie qu'on avait, on a été capable de mettre une bonne pression. »

Les Sabres venaient de remporter trois de leurs quatre derniers matchs.

Outre la domination du premier trio, celui de Tomas Plekanec, sur le filet de Paul Byron, et celui de Desharnais, qui a célébré son retour au jeu d’un magnifique but dans la lucarne, ont aussi disputé un solide match.

Parmi les trois joueurs qui réintégraient la formation partante, Greg Pateryn a eu sa part d’ennuis, tandis qu’Andrei Markov a démontré qu’il n’avait rien perdu de sa touche. Notamment sur sa jolie remise à Byron sur le quatrième but du Canadien pour compléter un tic-tac-toe amorcé par Tomas Plekanec.

Du côté des visiteurs, Evander Kane voguait sur une séquence de six points à ses trois dernières rencontres, mais le flamboyant attaquant s'est effacé, si ce n'est que ce tir à bout portant qu'il a obtenu au premier vingt après un revirement causé par Pateryn à sa ligne bleue.

Le nouveau venu des Montréalais, le défenseur Nikita Nesterov, s’est bien débrouillé à la droite de Markov. Il a joué 14 min 21 s et a maintenu un différentiel de +2.

Son nouveau patron n'avait d'ailleurs que de bons mots pour le Russe de 23 ans.

« Il a un bon sens du hockey. (...) Le fait de l'avoir jumelé avec Markov l'a beaucoup aidé. Ils communiquaient beaucoup sur le banc », a expliqué Therrien.

Le pilote du Canadien n'a pas fait grand cas du manque de concentration qui a coûté deux buts à son équipe en fin de match lorsque le sort en était jeté, les attribuant directement à la perte de deux mises en jeu.

Le Canadien s’envolera pour Philadelphie où il y affrontera les Flyers jeudi.

Plus d'articles