Retour

Pas de consensus sur le projet de fusion du CUSM, selon un rapport

Il n'y a pas de consensus concernant les projets de fusion du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) avec les établissements de l'ouest de l'île de Montréal, selon un rapport publié mercredi par le ministère de la Santé.

Le docteur Arvind K. Joshi, qui a écrit le rapport de 41 pages, recommande « qu’il n’ait pas de fusion ou de réorganisation structurelle en ce moment ».

Près de 800 personnes ont été consultées, individuellement et en groupe, incluant des usagers du système de santé, des employés, et des représentants de la communauté.

Selon le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, qui avait commandé la consultation, le message est clair. « Ce n’est pas dans mes intentions d’aller plus loin avec la fusion », a-t-il dit.

Il avait réclamé ce rapport en octobre dernier dans le cadre du processus de remplacement du président-directeur général du CUSM. L’ancien PDG Normand Rinfret a quitté son poste en septembre.

Deux candidats avaient présenté un projet de regroupement avec les autres établissements de l’ouest de l’île, mais Gaétan Barrette avait décidé de suspendre le processus en attendant ce rapport.

Il avait alors affirmé qu’il « ne prendrait pas la décision lui-même » et que celle-ci revenait à la communauté.

« La consultation qu’il [Arvind K. Joshi] a menée nous permet dès maintenant de confirmer qu’il n’y a pas de consensus [...] Ce qui a été proposé par les deux candidats au poste de PDG du CUSM n’est donc pas retenu », a indiqué le ministre Barrette dans un communiqué.

Le rapport évoque « une absence d’intérêt pour d’autres changements structurels ».

Selon le rapport, la réforme administrative de la santé du ministère entamée en 2014, qui visait des économies d’échelle d’au moins 220 millions de dollars par année, est toujours en cours. « Les succès émergents doivent être consolidés, communiqués et reproduits ailleurs dans le réseau », peut-on lire.

Les personnes consultées ont aussi soulevé des enjeux qui concernent tout le système de santé, notamment l’absence d’un système d’information uniforme et partagée, ainsi que la question du financement à l’acte, qui n'est toujours pas réglée.

Plus d'articles

Commentaires