Retour

Pas de distribution de chèques au Palais des congrès de Montréal pour les demandeurs d'asile

EXCLUSIF - Le Programme régional d'accueil et d'intégration des demandeurs d'asile (PRAIDA) et une source à la Ville de Montréal confirment que l'opération de distribution de chèques aux demandeurs d'asile, qui devait commencer mercredi au Palais des congrès, est annulée. Elle aura cependant lieu mercredi, jeudi et vendredi dans quatre ou cinq centres d'hébergement.

La semaine dernière, le ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale avait décidé d'utiliser le Palais des congrès de Montréal pour distribuer des chèques d'aide financière de dernier recours aux milliers de demandeurs d'asile qui sont arrivés ces dernières semaines au Québec.

Il était prévu initialement de distribuer 4000 à 5000 chèques aux personnes admissibles, mais les autorités ont constaté qu'il y en avait moins de 3000 à donner en main propre, car un nombre important de bénéficiaires ont déjà trouvé un logement. Il est donc possible de leur acheminer le chèque par la poste.

La crainte de débordements ainsi que la présence possible sur les lieux du groupe La Meute auraient motivé cette décision, selon des sources au PRAIDA ainsi qu'à la Ville de Montréal. Une information qu'a niée catégoriquement le ministère.

De source gouvernementale, on explique que cette décision a été prise après que la communauté haïtienne eut exprimé des craintes quant à la mauvaise perception qui pourrait résulter d'une distribution à grand déploiement de chèques d'aide financière.

2,5 millions de dollars de chèques pour le mois de septembre

Les demandeurs d'asile, une fois pris en charge par l'État, sont admissibles à une aide de dernier recours jusqu'à ce que la Commission de l'immigration et du statut de réfugié se soit prononcée sur leur cas.

Les montants reçus varient en fonction de l'état civil et de la situation familiale du demandeur. La prestation minimale s'élève à 642,92 $ par mois.

Au total, Québec versera au moins 2,5 millions de dollars en prestations d'aide sociale aux demandeurs d'asile qui ont récemment traversé la frontière, et ce, uniquement pour le mois de septembre.

Après avoir reçu l'équivalent d'un mois d'aide financière, les demandeurs d'asile sont invités à quitter les centres d'hébergement temporaires et à se trouver un logement permanent.

De l’improvisation, selon la CAQ et Québec solidaire

Ce revirement est, aux yeux de la Coalition avenir Québec (CAQ), le signe d’un gouvernement qui « agit dans la plus pure improvisation, en catastrophe ».

La députée caquiste de Montarville, Nathalie Roy, se demande pourquoi on a pensé recourir au Palais des congrès, dans un premier temps, alors qu’il est possible de distribuer les chèques dans les centres qui hébergent les demandeurs d’asile.

Cela prouve, selon elle, que le gouvernement « ne savait pas combien il y avait de personnes » et a « pris des décisions de façon précipitée, non planifiée […] ». « On n’était pas prêt, on n’avait pas de plan pour recevoir tous ces gens », conclut-elle.

Québec solidaire conclut lui aussi à « l'improvisation du gouvernement », ce qui n’est pas fait pour « rassurer les gens concernant la capacité de l'État à gérer ce genre de dossier ».

« L'important, c'est que l'aide de dernier recours soit donnée. Nous sommes heureux que le gouvernement entende enfin les groupes représentant les demandeurs d'asile qui dénonçaient le processus initial de distribution », a déclaré Stéphanie Guévremont, attachée de presse de Québec solidaire.

Quelques données récentes sur les demandeurs d'asile

Selon les dernières données compilées par les gouvernements du Québec et du Canada, 21 695 demandes d’asile ont été présentées en sol canadien entre le 1er janvier et le 31 juillet 2017. De ce nombre, 7950 ont été présentées au Québec.

À titre comparatif, 23 895 demandes d’asile avaient été présentées au Canada pendant l’année 2016, dont 5505 au Québec.

Actuellement, 3085 demandeurs d’asile sont hébergés temporairement à Montréal.

Les demandeurs d’asile sont majoritairement d’origine haïtienne, indienne, mexicaine, colombienne et turque.

Avec les informations de René Saint-Louis, Hugo Lavallée et Alex Boissonneault

Plus d'articles

Commentaires