Retour

Pas de nouvelle pétition contre la fermeture du mont Royal à la circulation de transit

Le responsable de la pétition autorisée récemment par la Ville de Montréal contre la fermeture du mont Royal à la circulation de transit abandonne ses démarches et fait maintenant confiance à l'Office de consultation publique de Montréal (OCPM).

Un texte de Benoît Chapdelaine

Michael Silas affirme que l'OCPM l'a convaincu mercredi du sérieux de sa démarche et qu'il est donc inutile de recueillir les 15 000 signatures nécessaires en vertu du droit d'initiative pour forcer la Ville à déclencher une seconde consultation publique.

« Ça serait redondant d'aller collecter les 15 000 signatures, dit-il. On a une confirmation de l'Office de la consultation publique comme quoi cette analyse-là va être faite et d'une manière qui n'est vraiment pas limitée, qui va vraiment entendre tout le monde, les experts, les études, les citoyens. Alors avec ça on n'a pas besoin de continuer : on l'a notre étude, elle va être faite. »

Michael Silas constate entre autres que l'OCPM accepte les mémoires électroniques et que tous les citoyens pourront ainsi se prononcer sur le projet pilote de l'administration Plante-Dorais sans nécessairement se déplacer dans une assemblée.

« Ça me fait plaisir d'apprendre que notre démonstration l'a convaincu », se réjouit la présidente de l'OCPM, Dominique Olivier, en rappelant la transparence de la démarche et l'indépendance de l’organisme face au pouvoir à l'Hôtel de Ville.

« On reçoit les mandats, mais à partir du moment où on les reçoit jusqu'au moment où l'on doit remettre le rapport final, il n'y a aucune ingérence par l'administration sur ces questions-là, explique-t-elle. Je pense que c'est un élément fondamental dans la confiance que les citoyens peuvent avoir dans notre institution. »

Elle reconnaît que les recommandations de l'Office en 2008 pour réduire la circulation automobile sur le mont Royal reflétaient les demandes des citoyens à l'époque, et que les prochaines recommandations pourraient être différentes.

« Ce qu'on a entendu beaucoup en 2008, c'était que les gens voulaient qu'on apaise la circulation, rappelle-t-elle. Maintenant, c'est une nouvelle commission, ce sont de nouveaux commissaires qui n'ont pas entendu ces personnes-là en 2008 qui vont regarder le rapport avec un oeil neuf. Ça va encore dépendre de ce que les gens vont venir nous dire, à la fois de la qualité des interventions, des arguments, de la recherche de solutions acceptables pour tout le monde. C'est cela qui va dicter les lignes du prochain rapport. »

Les consultations débuteront sous peu

Une séance d'information et des « ateliers créatifs » de l'OCPM sont prévus dès le mois prochain. Le mont Royal sera fermé à la circulation automobile de transit du début juin à la fin octobre. Les auditions de mémoire sont prévues en novembre et le rapport est attendu en février.

Michael Silas se rallie à la consultation de l'OCPM, mais il continue de demander à Valérie Plante de renoncer au projet pilote et d'attendre les recommandations de l'Office. La mairesse a rejeté ce scénario à plusieurs reprises en disant qu'elle voulait redonner le mont Royal aux citoyens.

Le chef de l'opposition officielle, Lionel Perez, maintient pour sa part que Valérie Plante instrumentalise l'OCPM.

« Nous, on maintient que le mandat que l'administration a donné [à l'OCPM] est bidon. La problématique, c'est l'administration qui donne un mandat qui ne va pas respecter les meilleures pratiques en consultation publique. On a toujours confiance en l'OCPM, mais ils sont tributaires des mandats donnés par l'administration. »

Le chef d'Ensemble Montréal attendra les détails du projet pilote avant de déterminer si sa formation participera à la consultation publique. « On a plus d'informations et de détails sur la consultation qui aura lieu après le projet pilote que sur le projet pilote lui-même. C'est un non-sens! », dénonce-t-il.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les 10 meilleures destinations vacances lorsqu'on est végane





Rabais de la semaine