Retour

Pas de vacances pour de jeunes hockeyeurs de haut niveau

Une heure trente d'entraînement en gymnase par jour; alimentation surveillée de près; entraînements sur la glace deux fois par semaine, en plus d'un match amical contre des professionnels. Pas de vacances cet été pour de jeunes joueurs de hockey prometteurs comme Alexis Lafrenière et Nathan Légaré.

Un texte de Francis Labbé

Alexis Lafrenière a fait rêver les dépisteurs de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) l'an dernier. Le joueur de 15 ans a terminé l'année avec une fiche de 33 buts et 50 passes pour un total de 83 points, en seulement 36 matchs.

Au même âge, seuls Mario Lemieux, Pierre Turgeon et Alexandre Daigle cumulaient de meilleures statistiques. Sans surprise, Lafrenière a été sélectionné au premier rang lors du dernier repêchage de la LHJMQ en juin dernier, par l'Océanic de Rimouski.

La dernière fois que l'Océanic avait parlé au tout premier rang du repêchage, l'équipe avait choisi un certain Sydney Crosby. « Je l'ai entendue souvent, celle-là », commente le jeune joueur. « J'essaie de ne pas m'en rajouter sur les épaules avec ça. »

Préparation intensive

Alexis Lafrenière compte bien percer l'alignement de l'Océanic dès la prochaine saison. Pour y arriver, il met les bouchées doubles à l'entraînement. Une heure trente en gymnase chaque jour, deux entraînements sur la glace par semaine.

« Il n'y aura pas vraiment de vacances cet été », explique Alexis Lafrenière. « Nous relaxons la fin de semaine, mais dès que le lundi matin revient, on remet les bottes de travail, comme on dit, et on retourne dans le gym. »

Il s'entraîne avec son compagnon de trio des trois dernières années, Nathan Légaré, lui aussi de Saint-Eustache, repêché au 6e rang par le Drakkar de Baie-Comeau. « Nous nous motivons un et l'autre et nous cherchons à battre nos propres records », explique Nathan Légaré.

Tous deux s'entraînent sous la direction de Stéphane Dubé, préparateur physique de Boisbriand, qui conseille plusieurs hockeyeurs professionnels chaque été.

Vitesse et force

« Ils vont devoir affronter des joueurs qui seront plus gros, plus rapides et plus vieux. Ils doivent donc prendre un peu plus de force » explique Stéphane Dubé, préparateur physique. « L'écart entre 16 ans et 20 ans, en termes de développement physique, c'est majeur. »

Stéphane Dubé conseille des hockeyeurs professionnels depuis plusieurs années. « Nous nous assurons de placer les jeunes athlètes en compagnie de professionnels. L'objectif n'est pas de les inciter à soulever des charges aussi lourdes qu'eux, mais bien de s'inspirer de leur éthique de travail. »

Selon Stéphane Dubé, les deux jeunes joueurs seront prêts à relever le défi. « Ils seront prêts physiquement et mentalement pour ce qui les attend. Ils seront anxieux, mais ils se préparent depuis avril dernier. »

Des parents qui seront loin

Pour la première fois depuis qu'ils jouent au hockey, Alexis et Nathan seront loin de chez eux. À près de 600 km pour Alexis, et 700 km pour Nathan. « Moi je n'ai pas commencé à y penser, mais la maman, oui », confie Martin Légaré, père de Nathan.

« Nous sommes toujours en contact, grâce aux téléphones intelligents. Je ne suis pas inquiet, nous sommes très proches de lui. Mais c'est certain que nous irons voir le plus grand nombre de matchs possibles », poursuit Martin Légaré.

La mère d'Alexis Lafrenière, Nathalie Bertrand, n'est pas tellement inquiète non plus. « Nous avons rencontré l'organisation et la famille où Alexis demeurera en pension. Ce n'est que du positif. »

« Ils vont s'ennuyer plus que nous, je crois », affirme Nathan Légaré. « Nous, avec l'école et le hockey, nous n'aurons pas tellement le temps pour ça! »

En fait, la chose qui inquiète le plus Nathalie Bertrand, ce sont les comparaisons entre son fils et les grands joueurs qui sont passés par l'Océanic. Comme Vincent Lecavalier, Brad Richards et, bien sûr, Sydney Crosby.

« Les gens là-bas ne doivent pas oublier qu’il n’a que 15 ans et qu’il n’a pas joué un seul match encore ! » précise Mme Bertrand. « Si les gens s’attendent qu’il remplisse le filet à ses premiers matchs, ils seront déçus. »

Selon plusieurs observateurs, par contre, il ne fait aucun doute qu'Alexis Lafrenière et Nathan Légaré se débrouilleront bien dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, une fois l'adaptation passée.

L'un des principaux défis auxquels ils devront faire face, c'est de ne plus jouer ensemble. Avec leur autre coéquipier, Félix Lafrance, repêché par l'Armada de Blainville-Boisbriand en 2e ronde, ils évoluaient dans le même trio depuis des années.

Plus d'articles

Commentaires