Retour

Pas question d'annuler les Jeux des policiers et pompiers, disent les organisateurs

Malgré de nombreux appels au boycottage, le comité organisateur des Jeux mondiaux des policiers et pompiers, qui doivent se tenir à Montréal l'an prochain, n'entend pas annuler la compétition sportive ni la déplacer dans une autre ville.

Un reportage de René Saint-Louis

Cette réaction intervient après qu'un syndicat de pompiers de l'Australie a annoncé qu'il boycottera l'événement, à la demande des pompiers de Montréal. Ces derniers ont lancé un appel au boycottage à la suite de la réforme des régimes de retraite des employés municipaux par l'administration Coderre.

Jusqu'à maintenant, plusieurs syndicats du Québec ont répondu positivement à cet appel. La Fire Brigade Employees Union de Sydney est cependant le premier à le faire à l'étranger. Ce syndicat australien compte 6200 membres et avait envoyé 80 participants aux précédents jeux, qui se sont tenus à Fairfax, en Virginie, l'an dernier.

Le président de l'Association des pompiers de Montréal, Ronald Martin, pense que d'autres syndicats boycotteront les jeux de Montréal. « La confrérie des pompiers, c'est extrêmement important et quand un groupe est touché, les autres sont extrêmement sensibles aux arguments », souligne-t-il.

Le comité organisateur des jeux de Montréal, qui attend entre 10 000 et 12 000 participants, n'entend néanmoins pas les annuler ni les déplacer en raison de ce mouvement de boycottage.

« Écoutez, à ce que je sache, aucune discussion en ce sens n'a été abordée. Nous, vraiment la ligne de conduite, c'est que les Jeux auront lieu en 2017, alors le comité poursuit son travail », affirme la responsable des communications, Cécile St-Pierre.

Elle dénonce l'attitude du syndicat, qui s'était pourtant engagé auprès de la Fédération internationale des Jeux mondiaux des policiers et pompiers à soutenir l'organisation et la tenue de l'événement. Elle rappelle que ces Jeux sont apolitiques et ne servent qu'à promouvoir la bonne forme physique et la camaraderie au sein des professionnels travaillant dans le secteur du maintien de l'ordre.

Pour ce qui est des bénévoles, le comité organisateur peut toujours compter sur les agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Les policiers, en collaboration avec le Service de sécurité incendie de Montréal, avaient fait pression sur l'administration de Gérald Tremblay pour que la Ville se porte candidate. Le comité a aussi développé un partenariat avec entre autres le Défi sportif, qui possède une importante banque de bénévoles.

L'opposition inquiète

Le mouvement de boycottage inquiète toutefois l'opposition à l'hôtel de ville. Projet Montréal a demandé la semaine dernière que les jeux soient annulés pour éviter que la Ville ne se retrouve avec un important déficit si le mouvement de boycottage prenait de l'ampleur.

Le budget du comité organisateur est de 22 millions de dollars, dont le tiers provient d'une subvention de la Ville.

Les derniers jeux ont rapporté 80 millions de dollars américains en retombées économiques à la ville de Fairfax, aux États-Unis. Tourisme Montréal estime que ceux de Montréal, qui se tiendront pendant le 375e anniversaire de la ville, rapporteront 100 millions de dollars.

Plus d'articles