La Ville de Montréal n'a pas l'intention d'imposer des frais aux automobilistes souhaitant accéder au mont Royal, a assuré la mairesse Valérie Plante, vendredi, en mêlée de presse.

Une certaine confusion autour de cette possibilité s’était installée, jeudi, quand le maire de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez, l’avait mentionnée dans une longue publication rédigée en anglais sur Facebook. Celle-ci portait sur son projet pilote à venir visant à restreindre la circulation sur la montagne, que plusieurs automobilistes utilisent comme raccourci, en particulier aux heures de pointe.

Il y répondait entre autres à la suggestion d’un chroniqueur de réclamer 3 $ pour chaque passage en voiture.

« À ce prix, ce serait toujours une autoroute, avait écrit M. Ferrandez. Mais ça pourrait fonctionner si, par exemple, vous aviez à payer des frais d’accès qui incluraient le stationnement. Le prix serait plus élevé que 3 $, toutefois, probablement autour de 10 $, mais nous pourrions offrir des forfaits mensuels ou annuels. Ça fera probablement l’objet de discussions dans le cadre de la consultation publique à venir. »

« Le post de M. Ferrandez, qui est sur Facebook, ce n’est pas une communication officielle, bien que je l’aie vu et que je l’aie approuvé », a précisé Mme Plante, vendredi. Elle a expliqué qu’il ne faisait que discuter avec des citoyens et répondre à des préoccupations.

« Dans notre plan, le péage n’est pas une option », a-t-elle répété.

Le projet pilote, qui sera lancé au printemps ou au début de l’été, fait suite à plusieurs accidents survenus sur la voie Camillien-Houde et le chemin Remembrance au fil des ans. Un comité avait été mis sur pied pour réfléchir à des moyens d’y améliorer la sécurité.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards