Retour

Petry, Lehkonen et les unités spéciales à l'avant-plan

Le Canadien (22-25-6) a été servi par un avantage numérique efficace durant l'intégralité du week-end. Cet aspect des unités spéciales a notamment permis aux Montréalais de conclure chacun des matchs le sourire aux lèvres.

Un texte de Félix St-Aubin

Le défenseur Jeff Petry est étroitement lié aux succès enregistrés contre les Ducks d'Anaheim (25-18-10) et les Sénateurs d'Ottawa (17-25-9).

Il a trouvé la faille dans le jeu des gardiens adverses à trois occasions en pareille situation cette fin de semaine, soit à deux reprises samedi et une fois dimanche.

Joe Morrow, face aux Ducks, et Artturi Lehkonen, contre les Sénateurs, ont également contribué à l'essor de l'avantage numérique, réussissant chacun à faire scintiller la lumière rouge avec un homme en plus sur la patinoire.

Ce groupe formé de deux arrières et d'un attaquant a ainsi produit cinq buts en supériorité numérique. Le trio a du coup offert au Canadien un ahurissant taux d'efficacité de 50 % (5 en 10) lors des deux derniers duels.

Le Bleu-blanc-rouge s'est réveillé samedi matin au beau milieu du peloton (16e rang) en ce qui a trait à son rendement en supériorité numérique (19,7 %). En hausse, il pointait au 9e échelon (20,8 %) du circuit Bettman avant de se mesurer à la troupe ottavienne.

Son taux de réussite s'élève désormais à 21,6 %, une croissance de 1,9 % en un peu plus de 24 heures.

Lehkonen et les Sénateurs

Ce n'est pas un secret pour personne, la guigne de la deuxième année s'acharne sur Lehkonen cette saison. L'attaquant finlandais est toutefois sorti de sa torpeur contre un rival qu'il se plaît bien à affronter.

Le jeune ailier droit compte quatre buts depuis l'amorce du calendrier, répertoriés dans deux confrontations face aux Sénateurs. Entre ses deux doublés, Lehkonen s'est engouffré dans une éprouvante léthargie de 24 matchs.

« Je ne sais pas trop comment il a réussi à s'en défaire, tous les joueurs sont différents, a pour sa part révélé Alex Galchenyuk. Nous savions qu'il finirait par marquer. À la suite de son but, on a vu son jeu changer instantanément. Il se sentait libéré. »

Les Sénateurs ont un joker dans leur manche lorsqu'ils ont rendez-vous avec le Canadien. Un dénommé Jean-Gabriel Pageau.

Force est d'admettre que Lehkonen, auteur de cinq buts et deux mentions d'assistance en six rencontres, suit lentement le chemin tracé de son homologue ottavien.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Le secret derrière les trop longues douches de ce jeune homme...





Rabais de la semaine