Retour

Pistes cyclables : Longueuil voit grand, Montréal mise sur la qualité

La Ville de Longueuil a annoncé jeudi qu'elle entendait investir 54 millions de dollars sur 15 ans afin de doubler l'étendue de son réseau de pistes cyclables. De son côté, la Ville de Montréal, dont le réseau est cinq fois plus vaste, misera cette année sur des « aménagements protégés de qualité » plutôt que sur l'ajout de kilomètres.

Les cyclistes de Longueuil disposent actuellement de 168 kilomètres de pistes pour circuler. Mais avec son nouveau projet de Plan directeur des déplacements cyclables, dévoilé jeudi, la Municipalité souhaite allonger son réseau de 137 kilomètres d'ici 15 ans.

Le plan de la mairesse Sylvie Parent ne manque pas d'ambition. La Ville souhaite par exemple « mettre aux normes les aménagements cyclables sur rue non conformes, améliorer la qualité des surfaces et des aménagements, bonifier l'éclairage et la sécurité, en plus d'ajouter 300 stationnements pour vélos dans le domaine public, de même que 12 vélostations près des axes structurants de transports collectifs », peut-on lire dans son communiqué.

« Il faut permettre à un cycliste qui veut définitivement mettre de côté la voiture de pouvoir stationner son vélo dans une vélostation qui est sécuritaire, et qui fait en sorte que, lorsque je laisse mon vélo là toute la journée, parce que je prends le transport collectif pour aller travailler, je sais qu'il est en sécurité », a expliqué la mairesse Parent après la présentation.

C'est la première fois que Longueuil se dote d'un tel plan directeur.

Avant d'être adopté, le projet fera toutefois l'objet de différentes consultations. Une rencontre publique aura lieu le mercredi 13 juin en soirée à l'hôtel de ville. Les citoyens pourront également faire part de leurs commentaires en ligne.

Une étude de Vélo Québec menée en 2015 estimait que Longueuil comptait 135 000 cyclistes et que la municipalité occupait la deuxième position parmi les grandes villes du Québec pour la longueur du réseau en fonction de la population.

Une approche différente sur l'île

À Montréal, les responsables des dossiers relatifs aux vélos ont dévoilé jeudi la « programmation 2018-2019 des voies cyclables », qui mise moins sur l'ajout de nouvelles pistes que sur la sécurisation de celles-ci.

Des investissements de 15 millions de dollars seront faits dans une cinquantaine de projets, répartis dans 16 arrondissements et 4 villes liées. Au terme de cette programmation, le réseau comptera 879 km de voies cyclables, spécifie-t-on dans le communiqué.

Parmi les projets les plus importants figure l'implantation d'une « vélorue » de 1,8 km sur la rue Saint-André, dont les modalités ont été adoptées plus tôt cette année par le comité exécutif. Bien que la rue demeurera accessible aux résidents du Plateau-Mont-Royal, ce sont les cyclistes qui auront dorénavant la priorité entre les rues Cherrier et Laurier.

Autre fait marquant : la Ville de Montréal retirera dans les prochaines semaines 130 espaces de stationnement sur l'avenue des Pins et sur la rue Roy, entre l'avenue du Parc et l'avenue du Parc-La Fontaine.

Ces places seront remplacées en 2019 par des pistes cyclables protégées par des murets, comme sur la rue Rachel, mais de chaque côté de la rue. En attendant, des bandes cyclables seront peintes sur la chaussée.

Ces bandes seront unidirectionnelles, a précisé la conseillère Marianne Giguère. « C'est vraiment vers ça qu'on veut aller, car on sait que le bidirectionnel, c'est vraiment moins sécuritaire et c'est moins confortable, a-t-elle fait valoir. Dans certains cas, c'est correct, mais dans les axes est-ouest, ça ne marche pas, parce qu'on a tellement d'intersections que chaque fois, ça crée des conflits, ça crée de l'inconfort. Alors on veut vraiment éliminer ça. »

De toute façon, l'avenue des Pins, « c'est un axe de circulation, ce n'est pas un endroit où les gens stationnent beaucoup », souligne-t-elle.

Le retrait des places de stationnement devrait être approuvé par le conseil d'arrondissement du Plateau-Mont-Royal dès la semaine prochaine.

Projet Montréal milite depuis longtemps pour sécuriser l'avenue des Pins, où la Direction de la santé publique de Montréal a recensé plus de 150 collisions avec des cyclistes et des piétons au cours des 10 dernières années. Une cycliste dans la soixantaine y a d'ailleurs laissé sa vie l'automne dernier, happée mortellement par un autobus scolaire.

Parmi les autres mesures annoncées jeudi, mentionnons l'ajout de sept « sas vélo », dont cinq seront aménagés le long du nouveau tracé de l'avenue des Pins et de la rue Roy. Ces surfaces peintes au sol indiquent aux cyclistes qu'ils peuvent se placer devant les voitures aux intersections. Il y en aura toutefois beaucoup moins que les 20 sas par année promis par Valérie Plante lors de la dernière campagne électorale.

Enfin, la Ville de Montréal lancera une consultation sur le Réseau Express Vélo (REV), une promesse électorale de Projet Montréal qui prévoit la création de 140 km de pistes cyclables sécurisées réparties sur 7 axes très achalandés.

La PDG de Vélo Québec, Suzanne Lareau, espère l'implantation d'une nouvelle piste cyclable nord-sud qui permettrait aux cyclistes de circuler vers le nord, sur le boulevard Saint-Laurent ou aux alentours. Une telle piste existe déjà en direction sud sur la rue Saint-Urbain, fait-elle remarquer.

« Il faut voir le nombre de cyclistes sur le boulevard Saint-Laurent pour comprendre que c'est un axe extrêmement emprunté par les cyclistes, parce qu'il est direct et qu'il mène à tous les arrondissements au nord du centre-ville », explique-t-elle.

La programmation présentée jeudi a été saluée par une bon nombre d'organismes, dont le Conseil régional en environnement, Vivre en ville et la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM).

Avec la collaboration de Jacques Bissonnet et de Benoît Chapdelaine

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un gros chien fait des vagues en apprenant à nager





Rabais de la semaine