Retour

PLG, Tony Hawk et les meilleurs planchistes débarquent à Montréal

Le célèbre planchiste Pierre-Luc Gagnon aura une chance en or de faire rayonner son sport dans sa province d'origine. L'élite mondiale de la planche à roulettes a rendez-vous pour le festival de sports d'action Jackalope, à l'esplanade du Parc olympique de Montréal, de vendredi à dimanche.

Un texte de Justine Roberge

Celui qu’on surnomme PLG a troqué Boucherville pour San Diego le 20 septembre 2000. Il s’en souvient comme si c’était hier.

C’est au Québec qu’il a commencé sa carrière, mais il a bien vite compris qu’il n’avait pas beaucoup de façons de progresser. L’appel de la Californie, paradis des planchistes, était fort.

« C’était vraiment difficile d’avoir le même niveau de motivation que tu as en Californie quand tu fais du skateboard avec Tony Hawk, Bucky Lasek et Bob Burnquist chaque jour. »

Pendant longtemps, Gagnon n’avait pas de raison de venir au Québec. Son sport de prédilection n’était pas très populaire ici et les médias ne s’intéressaient pas à ses performances. Pourtant, l'athlète de 37 ans a remporté 20 médailles, dont 9 d’or, aux X Games et est connu partout sur la planète.

Pour la première fois en six ans, le Jackalope aura une épreuve de rampe verticale, spécialité de PLG. Une occasion qu’il ne pouvait pas manquer.

« Je suis un des seuls Québécois qui gagne ma vie avec le skateboard et qui a déménagé à San Diego, mentionne-t-il. Chaque chance que j’ai de revenir au Québec et de promouvoir le skateboard, je suis ici. »

Gagnon veut agir comme un ambassadeur et faire connaître son sport. Il affirme que la planche à roulettes s’est beaucoup développée au Québec dans les dernières années et que les compétitions se multiplient. C’était important pour lui d’être présent à celle de Montréal, la plus importante tenue en sol canadien.

Près d’une centaine de planchistes de partout, dont le légendaire Tony Hawk, y participeront. Les manoeuvres de PLG seront assez limitées, puisqu'il s'est blessé à une cheville récemment.

Les Olympiques, cette précieuse vitrine

Les meilleurs planchistes du monde pourront dorénavant se faire voir par un public plus grand que jamais.

Dès 2020, à Tokyo, la planche à roulettes sera présentée en deux disciplines, le park (parcours de rampes et de courbes) et le street (parcours recouvert d’éléments du mobilier urbain).

Le Québécois espère que cette nouvelle vitrine fera avancer le sport et incitera les villes à construire plus de parcs pour les planchistes.

Pierre-Luc Gagnon ne sera pas sur sa planche à Tokyo, puisqu’il n’y aura pas d’épreuve de rampe verticale. En 2020, il aura 40 ans et sa carrière tirera à sa fin. Ses plans? Devenir analyste et, surtout, continuer de s'engager dans son sport.

Plus d'articles

Commentaires