Retour

PLQ : Rita de Santis ne se représentera pas au scrutin provincial

La députée libérale de Bourassa-Sauvé, Rita de Santis, ne sollicitera pas un nouveau mandat lors de la prochaine élection générale, à l'automne. Elle devient la 19e députée libérale à renoncer à briguer les suffrages une nouvelle fois.

Élue en 2012 et en 2014 dans cette circonscription couvrant presque tout l'arrondissement de Montréal-Nord, Mme de Santis dit vouloir s'occuper davantage de ses parents âgés de 85 et 99 ans.

Le mandat de cette avocate de formation a été marqué par un bref passage au poste de ministre responsable de l'Accès à l'information et de la Réforme des institutions.

Promue à cette fonction en janvier 2016, elle a été rétrogradée par le premier ministre Philippe Couillard en octobre 2017, après avoir commis une série de gaffes.

En entrevue à Radio-Canada, Mme de Santis a néanmoins assuré qu'elle quitte la politique la tête haute, sans amertume ni regret, notamment au sujet de cette démotion.

« Non, je n'ai pas de déception. Le choix du premier ministre appartient au premier ministre. Quand il fait ses choix, il y a toutes sortes de considérations qui doivent être prises en considération » a-t-elle laissé tomber.

Elle a toutefois reconnu être « un peu attristée de ne pas avoir fait ce [qu'elle] aurait voulu faire ».

Réalisations

Au cours de son mandat de ministre, Mme de Santis a notamment travaillé à un projet de loi visant à améliorer l'accès à l'information des organismes publics du Québec.

Elle estime avoir travaillé très fort sur le projet de loi. C'est toutefois sa collègue Kathleen Weil, qui lui a succédé à titre de ministre, qui a finalement présenté le résultat de ce travail à l'Assemblée nationale au début juin.

Le projet de loi, vertement critiqué, n'a toutefois pas été adopté avant la fin de la session et donc est mort au feuilleton. Mme de Santis dit espérer que le prochain gouvernement pourra le reprendre.

De plus, Rita de Santis a piloté la tournée provinciale « Ce que tu publies, penses-y » qui vise à sensibiliser les jeunes au besoin de protéger leur vie privée en ligne.

La Commission d’accès à l’information a d’ailleurs repris la tournée cette année et la poursuivra l’année prochaine. Au total, depuis le lancement de cette initiative, plus de 20 000 jeunes ont été conscientisés à l’importance d’adopter un comportement responsable et sécuritaire sur Internet.

Remarquée pour une série de gaffes

En avril 2016, Mme de Santis s'était fait remarquer en déclarant qu'un objectif de financement politique de 150 000 $ équivalait à des « peanuts ». Elle avait dû rectifier le tir quelques heures après.

Quelques semaines plus tard, lors d'une rencontre dans sa circonscription, elle avait soulevé un tollé en évoquant les remarques désobligeantes tenues par une enseignante à son endroit lorsqu'elle était enfant.

« Ma maîtresse m'a dit : "Ma chérie, tu ne vas jamais réussir dans la vie, tu parles avec un accent italien". Toute personne qui parlerait à un enfant comme elle m'a parlé devrait être tuée, massacrée, jetée je ne sais pas où », avait-elle plaidé.

Elle avait reconnu par la suite qu'elle avait prononcé « deux mots que je n'aurais jamais dû dire » sous le coup de l'émotion.

En février 2017, Rita de Santis a laissé entendre que le mode de scrutin actuel « sert bien » les intérêts des libéraux, avant de préciser sa pensée à deux reprises.

Deux semaines plus tard, elle a jugé acceptable qu'un donateur libéral soit candidat au poste de commissaire à l'éthique de l'Assemblée nationale. Elle s'était rétractée en évoquant des « propos malhabiles ».

En mai 2017, elle a aussi été critiquée pour avoir organisé un point de presse réservé aux médias anglophones. Elle avait dû présenter des excuses dès le lendemain.

Rita De Santis affirme quitter la vie politique la tête haute. « Je n'ai pas d'amertume. J'ai eu une chance de participer avec 124 autres députés à l'Assemblée nationale du Québec. Ce n'est pas tout le monde qui a cette chance. Rappelez-vous, moi je viens de l'autre côté de l'Atlantique. J'avais quatre ans quand je suis arrivée ici et l'école publique québécoise m'a donné la possibilité de réussir. Ça me rend assez émotive. Pourquoi je serais autre chose que heureuse avec le fait que j'ai eu autant d'opportunités ».

La circonscription de Bourassa-Sauvé est considérée comme un château fort libéral. Lors des élections d'avril 2014, Mme de Santis l'avait emporté avec 60 % des suffrages, contre 19 % pour sa plus proche adversaire.

Plus d'articles