Retour

Plus de 3 M$ pour une douzaine de « vespasiennes » modernes

L'arrondissement de Ville-Marie s'apprête à adopter mardi soir un contrat controversé de plus de 3 millions de dollars pour une douzaine de toilettes publiques au centre-ville. L'installation de ces toilettes autonettoyantes, d'abord prévue pour l'été 2016, a été retardée, le temps d'effectuer certaines vérifications.

Un reportage de Benoît Chapdelaine

Ce projet se heurte à plusieurs obstacles depuis l'annulation d'un projet pilote, en 2014. Des médias ont, par exemple, soulevé des doutes cet hiver sur l'intégrité d'Atmosphäre, la seule entreprise à avoir répondu au dernier appel d'offres.

Le maire Denis Coderre a retardé de quelques semaines l'octroi du contrat, mais est satisfait des vérifications qu'il a demandées.

« Ce n'est pas une question de corruption, a-t-il souligné en point de presse, lundi. On a fait les vérifications juridiques et tout ça […] Il y avait eu des choses. Tous les correctifs étaient là. Il n'y a pas de problème. »

Dans un courriel, la porte-parole Anik de Repentigny précise que « le comité technique chargé de l'évaluation de la soumission a exigé certaines précisions qui ont été fournies par le soumissionnaire à la satisfaction de la Ville ».

La chef de Projet Montréal, Valérie Plante, réclame davantage d'information et prévoit voter contre le contrat si elle n'a pas en main des documents qui démontrent l'approbation du Bureau de l'inspecteur général.

« En fait, comme conseillère de Ville, en préparation de chaque conseil, on lit tous nos dossiers. On a des sommaires décisionnels et, pour l'instant, il n'y a aucune pièce justificative qui y est associée », a expliqué la chef de l’opposition officielle à l’Hôtel de Ville.

« Ce qu'on nous dit, c'est que tout était beau, ça vient du cabinet du maire, comme quoi toutes les vérifications ont été faites et ça va bien. Ce qu'on nous demande, c'est de voter un contrat de 3,6 millions de dollars sur la parole du maire et de son équipe », a-t-elle ajouté.

Les premières toilettes publiques de l'arrondissement de Ville-Marie, qui coûteront plus de 250 000 $ chacune, doivent apparaître au centre-ville à compter de l'automne, environ 85 ans après les célèbres vespasiennes de l'ex-maire Camilien Houde. Leur emplacement n'a pas encore été déterminé.

L’entreprise Atmosphäre ne souhaitait pas faire de commentaires avant que la décision officielle ne soit prise au conseil d’arrondissement.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine