Les usagers du métro de Montréal peuvent profiter d'un service bonifié à compter d'aujourd'hui, grâce à l'ajout de nouvelles voitures aux heures de pointe sur les lignes orange et verte.

Le service est en outre bonifié aux « épaules de la pointe », comme le souligne le président du conseil d’administration de la Société de transport de Montréal, Philippe Schnobb, dans une entrevue accordée à Radio-Canada.

« C’est-à-dire qu’au lieu de terminer l’heure de pointe vers 9 h comme à l’habitude, on va prolonger. Donc, les gens qui prennent le métro après 9 heures et avant 7 h vont avoir des trains à des intervalles plus courts », explique-t-il.

Concrètement, les passagers qui prennent le métro en semaine entre 6 h 45 et 7 h, et entre 9h et 10 h, ne devraient pas attendre plus de trois minutes sur les quais. La scénario sera le même pour l'heure de pointe de l'après-midi, avec des trains passant plus souvent jusqu'à 22 h 30.

« C’est le changement qui va être le plus visible à court terme », souligne M. Schnobb.

L’impact de ces décisions « va s’intensifier au cours de l’année », ajoute-t-il, puisque les nouvelles voitures Azur, capables de transporter plus de passagers, continuent d’entrer graduellement en service.

L’ajout de voitures dans le métro est rendu possible grâce à un investissement de 23 millions de dollars annoncé en novembre.

Évoquant l’ajout de 5 millions de kilomètres-voiture au total, la STM avait alors annoncé la plus importante hausse de services dans le métro depuis l’ouverture des trois stations de Laval, il y a 10 ans.

Selon M. Schnobb, d'autres améliorations sont également à venir, notamment en ce qui concerne les communications entre la STM et ses usagers.

« Comme client, je le constate aussi à l’occasion. J’ai plus d’information qui vient de l’interne que ce que j’entends » dans le métro, souligne-t-il. « Parfois, on a des messages qui sont plus généraux et qui ne donnent pas vraiment une idée précise de ce qui se passe. »

« Alors on veut voir comment on peut raffiner tout ça. Ça va se faire au cours de 2017. C’est une intention très ferme qu’on a », assure-t-il.

M. Schnobb rappelle par ailleurs que les tarifs n'ont pas été augmentés le 1er janvier. La STM attend dorénavant que les premiers mois de l'année s'écoulent avant de prendre une décision à ce sujet.

« Auparavant, on fixait ça dans l’année précédente, et on pouvait se retrouver à la fin de l’année avec un surplus budgétaire », rappelle-t-il.

« Je ne peux pas vous dire quelle sera la situation cette année, il est encore trop tôt, mais c’est une décision qu’on prend autour du mois de mai normalement », en vue d'une entrée en vigueur le 1er juillet.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine