Retour

Plusieurs manifestations en marge du Forum social à Montréal

Des militants et groupes sociaux profitent de l'organisation du Forum social mondial (FSM), soit pour se faire entendre auprès des milliers de personnes réunies à Montréal jusqu'à dimanche, soit pour dénoncer, ni plus ni moins, l'organisation de l'événement.

Une trentaine de personnes ont répondu à l'appel de la Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC), jeudi soir, pour une manifestation. Elles se sont d'abord réunies à la place Pasteur, rue Saint-Denis, puis ont marché sur le boulevard Maisonneuve en direction ouest.

Le Service de police de Montréal a suivi de près le déroulement de la manifestation, parce que l'itinéraire de la marche n'avait pas été fourni au préalable. Celle-ci s'est terminée sans incident une heure après son départ. 

La CLAC protestait contre la tenue du Forum social mondial à Montréal, organisé pour la première fois dans un pays dit du Nord.

« Plutôt que de constater l'appauvrissement et l'exploitation des pays du sud, les participants pourront observer l'enrichissement et la décadence des pays du Nord », dénonce l'organisation sur son site Internet.

Elle ajoute que le FSM est une occasion de « coordonner [les] luttes et de partager [les] expériences », mais l'accuse de ne pas être assez inclusif, bien que la CLAC ait choisi de ne pas prendre part au FSM, puisque celui-ci refuse toute position politique et s'oppose à la violence.

Les protestations en marge du Forum n'inquiètent pas outre mesure les organisateurs de l'événement. « Manifester est un droit fondamental, répond la cocoordonnatrice Carminda Mac Laurin. Si ça se fait de façon pacifique, tout le monde a le droit des manifester ses opinions. »

Dénoncer le capitalisme

Les manifestants de jeudi soir ont surtout scandé des slogans anticapitalistes ou encore à propos du conflit israélo-palestinien, dont plusieurs événements sur le sujet éveillent les sensibilités cette semaine.

D'ailleurs, la veille, des manifestants pro-israéliens et pro-palestiniens se sont lancé des insultes à quelques pas d'une des activités organisées par le FSM.

Plus tôt jeudi, une cinquantaine de personnes se sont également rassemblées au centre-ville de Montréal pour manifester contre le projet d'oléoduc Énergie Est de TransCanada. Les manifestants ont recréé un pipeline tenu par des gens faussement ensanglantés pour illustrer les conséquences du controversé projet énergétique.

Hoodstock oublié par le Forum social mondial

Montréal-Nord Républik voulait pour sa part profiter du Forum social dans la métropole pour organiser la 3e édition de son Sommet Noir-Hoodstock, samedi. Or, ses organisateurs dénoncent le fait que l'événement ne figure pas sur la programmation officielle du FSM.

« Tous les enjeux de justice sociale et de racisme systématique, ça nous touche à Montréal », affirme Will Prosper d'Hoodstock, qui défend l'organisation du FSM en Amérique du Nord.

Qu'est-ce qu'on peut faire pour améliorer notre communauté? Comment on peut travailleur ensemble pour trouver de solutions aux problèmes propres à notre quartier? Voilà quelques-unes des questions que Will Prosper veut aborder samedi.

Si Hoodstock ne figure pas dans la programmation officielle, c'est que le FSM explique que l'événement a été confirmé tout juste après l'impression du programme.

Les organisateurs n'entendent pas non plus en faire la promotion, puisque Hoodstock a lieu à Montréal-Nord, et non au centre-ville, comme l'ensemble des activités du FSM.

La militante et professeure de l'Université du Minnesota Rose Brewer dénonce la situation. « Qui est à la table, qui prend les décisions, qui représente le Forum social mondial?, demande-t-elle. Si les gens qu'on dit représenter sont absents, il y a un problème. »

D'autres événements et manifestations sont aussi organisés d'ici la fin du Forum social mondial, dimanche, comme une grande mobilisation pour le droit au logement, vendredi. La manifestation, organisée par le Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), réunira, dans l'arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, des militants de la France, du Japon, de la Grande-Bretagne, des États-Unis, du Portugal et du Mali, notamment, en plus de ceux venus de partout au Québec.

Plus d'articles

Commentaires