Retour

Pont Champlain : le MTQ mis en demeure de se rétracter sur la critique du travail de deux ingénieurs

Le syndicat des ingénieurs de l'État enverra une mise en demeure au ministère des Transports du Québec (MTQ) à la suite d'un reportage de Radio-Canada dans lequel le MTQ critiquait deux fonctionnaires qui ont décrété des critères trop stricts pour le transport routier des pièces hors norme du nouveau pont Champlain.

Un article de Bahador Zabihiyan et Jean-Sébastien Cloutier

Le chantier du futur pont Champlain est ralenti par de longs délais pour l’octroi des permis qui encadrent le transport des pièces de la structure par la route. Cela s'ajoute aux retards causés par la grève de l’industrie de la construction, en mai dernier, et celle des ingénieurs de l’État, suspendue le 13 juin.

Vendredi, le MTQ mentionnait à Radio-Canada que le délai dans l’obtention des permis avait été causé par « une initiative personnelle » de deux ingénieurs, que la situation était corrigée et que les deux fonctionnaires pourraient faire face à des sanctions.

Le syndicat des ingénieurs nie catégoriquement les affirmations du MTQ.

L’Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec (APIGQ) enverra une mise en demeure formelle au MTQ, demandant au Ministère de « se rétracter publiquement ».

Des permis difficiles à obtenir

Depuis 25 ans, le MTQ utilise un système de points pour octroyer les permis permettant de transporter des cargaisons atypiques sur les routes québécoises.

Selon le Ministère, deux ingénieurs ont décidé de changer certaines règles permettant le transport des pièces hors norme servant notamment à la construction du nouveau pont Champlain.

Les nouvelles règles étaient devenues si contraignantes que 95 demandes de permis de matériel « hors norme » ont été refusées.

La situation a beaucoup ralenti les travaux du nouveau pont Champlain. Au bout de quatre semaines, le MTQ est revenu aux anciennes règles d’attribution de permis. Ceux qui ont été refusés font l’objet d’une révision cette semaine.

L'APIGQ, qui représente les deux ingénieurs, a une tout autre lecture des événements. Ce n’est qu’après une analyse par « un comité » que les deux fonctionnaires ont décidé de changer certaines règles encadrant l’octroi des permis hors norme.

« Ça a été réfléchi longuement et le résultat de l’analyse a été soumis à un comité d’experts composé d’une dizaine d’ingénieurs et de gestionnaires du ministère des Transports », dit Marc-André Martin, président de l'APIGQ.

La porte-parole du MTQ, Sarah Bensadoun, explique qu’une analyse avait été effectuée pour changer certains paramètres encadrant le transport des pièces hors norme, mais qu’aucune décision formelle n’avait été prise.

La sécurité du public

M. Martin estime que le retour en arrière de la part du Ministère ne va pas dans l’intérêt de la sécurité du public. « C’est les gestionnaires qui assumeront les conséquences s’il arrive quelque chose », dit M. Martin.

Chose certaine, le chantier du pont Champlain a tourné au ralenti depuis cinq semaines, selon les sources de Radio-Canada.

La situation montre qu’il y a des problèmes de gouvernance au MTQ, croit le porte-parole du Parti québécois en matière de transports, Alain Therrien.

Ni le ministre des Transports, Laurent Lessard, ni Signature sur le Saint-Laurent, le consortium responsable de la construction du pont Champlain, n’ont voulu nous accorder d’entrevue.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine