Retour

Pourquoi Spectra a-t-elle changé le nom du Métropolis?

De nombreux amateurs de musique ont avalé de travers jeudi dernier la décision de changer le nom du Métropolis de Montréal pour M TELUS à partir de mai 2017.

Jacques-André Dupont, président de l'Équipe Spectra, qui possède la salle de spectacle, explique que l’entreprise n’avait pas le choix d'agir ainsi et qu’elle s’attendait à cette réaction. « On le savait », a-t-il laissé tomber d’emblée au micro de Rebecca Makonnen, sur ICI Radio-Canada Première.

Étonnamment, la proposition de M TELUS provient de Spectra et non de la compagnie de télécommunications. « Si on avait appelé ça le Métropolis Telus, ça restait le Métropolis. La valeur commerciale du partenariat de commandite aurait été moindre », explique Jacques-André Dupont, qui aime d’ailleurs beaucoup le nouveau logo de la salle, « un brand qui est beaucoup plus musical que bien des salles qui ont des noms de commanditaires ».

Le M, c’est une façon de dire "c’est l’ancien Métropolis, c’est Montréal". Il y a vraiment une continuation pour nous.

Jacques-André Dupont

Bref, Spectra devait agir afin que le Métropolis conserve son enviable position de meilleure salle de concert (club) au Canada et sa 10e position au monde pour les ventes de billets en 2015, selon le site spécialisé Pollstar.

La plus récente rénovation de la salle remonte à 2002. « En 15 ans, la technologie, le son, la lumière, le toit; tout ça évolue », plaide le président de l'Équipe Spectra.

Une salle vraiment privée

Le Métropolis est une salle privée. Au Québec, beaucoup des salles de spectacle appartiennent à des municipalités et à des organismes à but non lucratif (OBNL).

Le Métropolis n’a donc droit à aucun financement public, explique Jacques-André Dupont, alors que la Place des Arts a reçu 34 millions de dollars de fonds gouvernementaux, le Théâtre St-Denis, 12 millions et le Casino de Montréal, 22 millions.

De plus, la salle est un des monuments historiques de Montréal, et même le premier théâtre de la ville.

Spectra devait donc « améliorer l’expérience du public, celle des artistes et de leur équipe, sans changer l’héritage de la salle », affirme Jacques-André Dupont. La décision de changer de nom a été prise il y a trois ans. Spectra plaide qu’elle a acquis auprès de Telus « un montant substantiel pour la culture ».

Dès le début, Telus a mis de l’avant la relève musicale francophone au Québec.

Jacques-André Dupont

Plus d'articles

Commentaires