Retour

Premier test budgétaire pour l'administration Plante

Les Montréalais seront à même de faire un examen objectif des nombreuses promesses faites par Valérie Plante en campagne électorale, mercredi, alors que la nouvelle mairesse présentera le budget 2018 de la Ville de Montréal.

Un texte de Jérôme Labbé et Julie Marceau

Augmentation du budget de la STM, maintien de la hausse des taxes résidentielles au niveau de l'inflation, investissement d'un million de dollars pour embaucher de nouveaux inspecteurs en salubrité; ce ne sont là que quelques-unes des annonces qui seront faites mercredi.

Pour réussir à honorer ses promesses, l'administration Plante-Dorais devra tenir compte d'un manque à gagner qu'elle estimait à 358 millions de dollars au lendemain de son élection – un « trou budgétaire » causé par la signature de nouvelles conventions collectives, dont celle des policiers du SPVM et celle des pompiers du Service de sécurité incendie.

De nouvelles sources de revenus et des économies engendrées par l'abandon de certains projets de l'administration précédente comme le championnat de formule E, par exemple, pourraient lui permettre d'équilibrer son budget, ce que la loi impose à toutes les municipalités du Québec, à qui l'on ne permet pas d'enregistrer des déficits.

Dans tous les cas, il s'agira d'un véritable test pour Projet Montréal, dont le cadre financier a été largement critiqué l'automne dernier, notamment parce qu'il prévoyait déjà un manque à gagner annuel de 20 millions de dollars pour financer ses promesses.

Le premier budget Plante-Dorais – axé sur le développement économique, la mobilité et l'habitation, promet-on – sera dévoilé à la presse mercredi matin, après la réunion du comité exécutif. Il sera ensuite soumis au conseil municipal dans le cadre d'une assemblée extraordinaire prévue à 14 h.

L'opposition officielle, dirigée par intérim par le conseiller Lionel Perez, aurait souhaité la création d'un bureau indépendant du budget pour permettre aux élus de « bien évaluer l’impact des coûts liés aux programmes, politiques et plans d’action sur lesquels ils sont appelés à voter », mais l'idée lancée lundi a aussitôt été rejetée par l'administration Plante-Dorais, qui croit que la vérificatrice générale de la Ville serait mieux placée pour jouer ce rôle.

Votre avis d'imposition augmentera-t-il?

En entrevue lundi matin à la radio de CBC, le maire de l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez, a admis que les décisions budgétaires prises par le comité exécutif avaient été difficiles.

« On l'a fait, mais dans la douleur », a-t-il lâché. « Ce n'est pas comme s'il y avait de l'argent en surplus et des cadeaux pour tout le monde, ça c'est sûr. »

Dans le budget de 2017 – présenté en novembre 2016 par l'ex-maire Denis Coderre – la majorité des Montréalais avait subi une hausse de taxes, la Ville de Montréal ayant établi à 1,7 % l'augmentation moyenne des avis d'imposition pour les propriétaires d'immeubles résidentiels et à 0,9 % celle destinée aux propriétaires d'immeubles commerciaux.

Ce budget de 5,2 milliards de dollars avait été applaudi par le milieu des affaires, mais décrié par l'opposition, dirigée à l'époque par M. Ferrandez.

Ailleurs au Québec

La grande majorité des autres grandes villes du Québec ont déjà déposé leur budget pour 2018.

À Québec, le maire Régis Labeaume a décrété des gels et des baisses de taxes foncières résidentielles en fonction des secteurs de la ville. Les taxes non résidentielles seront toutefois relevées de 1,7 %.

À Laval, le cinquième budget de l'ère Demers prévoit une hausse de l'impôt foncier pour les secteurs résidentiel et non résidentiel de 1,4 %. La Municipalité apportera toutefois d'importants changements à sa façon de tarifer le déneigement, ce qui aura un impact à la hausse sur les avis d'imposition de la moitié des résidents lavallois, tandis que l'autre moitié profitera d'une légère réduction.

À Gatineau, le maire Pedneaud-Jobin a ordonné une hausse des impôts fonciers de 1,9 % et une augmentation de 1 % de la taxe destinée aux infrastructures. Son budget a été adopté de justesse.

Enfin, à Longueuil, la nouvelle mairesse Sylvie Parent a présenté un premier budget qui ne prévoit presque aucune hausse de taxes. Dans le secteur résidentiel de un à cinq logements, seuls les propriétaires de l'arrondissement du Vieux-Longueuil verront leur impôt foncier grimper. Et encore, cette augmentation ne sera que de 0,05 %.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité