Retour

Procès Bain : les jurés terminent leur 5e journée de délibérations

Incapables de rendre un verdict, les jurés du procès de Richard Henry Bain, accusé notamment de meurtre prémédité, ont terminé une cinquième journée de délibérations  au palais de justice de Montréal.

Les jurés doivent se prononcer sur un chef d'accusation de meurtre prémédité et trois chefs d'accusation de tentatives de meurtre lors du rassemblement de la victoire du Parti québécois en 2012, au Métropolis à Montréal.

Les 12 membres du jury ont demandé au juge un ordinateur supplémentaire et une souris. Ils n'auront pas toutefois accès à Internet.

Les faits

Le soir du 4 septembre 2012, l'homme de 65 ans s'est rendu à l'arrière de la scène où Pauline Marois et sa formation politique célébraient leur victoire électorale.

Il a tiré sur le technicien de scène Denis Blanchette, qui a été tué. Le même projectile a blessé grièvement son collègue Dave Courage.

Richard Henry Bain a par la suite allumé un incendie et a pris la fuite. Pris en chasse par les policiers, il a tenté de faire feu sur l'un d'entre eux, mais le coup n'est pas parti.

Les plaidoiries

Après 34 jours de procès et la participation de 46 témoins, la défense a plaidé la non-responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux. L'accusé, Richard Henry Bain, a témoigné pendant cinq jours.

Il a dit avoir perdu la mémoire ce soir-là en raison d'une surdose de Cymbalta, un antidépresseur. Mais aucune trace de ce médicament n'a été trouvée dans son sang.

De son côté, la Couronne a plaidé que le geste de Richard Henry Bain était motivé par la colère en raison de la victoire du Parti québécois le soir du 4 septembre 2012.

Le procureur des poursuites criminelles et pénales doute de la perte de mémoire de l'accusé. Selon lui, Richard Henry Bain a prémédité son geste et savait ce qu'il faisait le soir des événements.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine