Retour

Procès Boulachanis : la soeur de la victime raconte ses derniers moments avec son frère

Près de 20 ans après les événements, John Boulachanis subit son procès au Centre de services judiciaires Gouin pour le meurtre prémédité de Robert Tanguay.

Un texte de Geneviève Garon

La soeur de la victime, Louise Tanguay, repasse souvent dans sa tête les derniers moments qu'elle a partagés avec son frère, le 9 août 1997. Debout à la barre des témoins, elle raconte qu'elle était avec lui en fin de journée à la maison de leur père à Rigaud, en Montérégie.

Robert Tanguay fait de nombreux coups de fil. Il parle « en paraboles », selon Mme Tanguay, avec des phrases évasives qui sont incompréhensibles pour elle. La dame a des soupçons au sujet de son frère. Elle le croit impliqué dans un vol de voiture.

Robert Tanguay s'entend avec une de ses connaissances pour qu'elle vienne le chercher. À l'arrivée du véhicule, Louise Tanguay voit le visage de son frère changer. « Je lui ai dit : "Ça va?" Mais il n'a pas répondu. »

Même si l'homme derrière le volant n'est pas celui que Robert Tanguay attendait, il embarque. C'est la dernière fois que sa soeur le voit vivant.

Le lendemain, Louise Tanguay cogne à la porte de la résidence de son frère et de sa belle-soeur, Dominique Drouin. Elle a alors la surprise de découvrir Mme Drouin en petite tenue avec John Boulachanis, « en bobettes ».

En contre-interrogatoire, la soeur du défunt reconnaît ne pas avoir écrit dans sa déclaration aux policiers qu'elle connaissait l'identité de « l'homme ébouriffé » surpris dans la maison. Mais à présent, elle est catégorique.

Le corps de Robert Tanguay est retrouvé quatre ans plus tard, enseveli dans une sablière, à Rigaud. John Boulachanis est soupçonné de l'avoir tué.

Un véhicule volé

Les jurés ont également entendu le témoignage d'un technicien en scène de crime de la Sûreté du Québec (SQ), Lucien Lemay. Il a participé à l'enquête sur la disparition de Robert Tanguay.

À présent retraité, M. Lemay a raconté comment, en 1997, il s'était rendu au garage de la SQ à Vaudreuil pour passer au peigne fin un véhicule volé au mois d'août.

La voiture, une Oldsmobile Sierra, présentait des dommages importants à la colonne de direction. « C'était souvent la façon de procéder pour voler un véhicule quand l'ignition est intacte », a expliqué Lucien Lemay.

La Couronne révélera éventuellement aux jurés le lien qu'elle fait entre le véhicule volé et les circonstances du meurtre.

Le prochain témoin appelé à la barre mardi matin sera l'homme qui est venu chercher Robert Tanguay en voiture, le soir de sa mort. Une ordonnance de non-publication nous interdit de révéler son identité pour l'instant.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque