Retour

Procès de Richard Henry Bain : des techniciens témoignent

Des techniciens de scène qui travaillaient au Métropolis, le 4 septembre 2012, témoignent au procès pour meurtre de Richard Henry Bain. L'assaut lancé par l'accusé contre le club qui hébergeait la soirée électorale du Parti québécois les a tous pris par surprise.

Un texte de Marc Verreault

Richard Henry Bain rodait autour du Métropolis entre 17 h et 19 h, le 4 septembre 2012, soit quelques heures avant le rassemblement péquiste.

Le technicien audio-vidéo Patrick Magnan a vu le camion de Bain passer à trois reprises devant le Métropolis, alors qu'il installait un écran extérieur. Il circulait lentement, comme s'il voulait se stationner.

Benoît Gromko était à l'arrière du Métropolis vers 23 h 45, avec une quinzaine d'autres techniciens de scène. Il attendait près de la porte menant aux coulisses. Il a entendu une détonation, puis a vu son collègue Dave Courage tomber au sol. Des techniciens tiraient le blessé à l'intérieur du Métropolis. C'était la panique.

Benoît Gromko a vu que le suspect avait des problèmes avec son fusil, et il en a profité pour se réfugier à l'intérieur.

Jonathan Dubé était lui aussi assis dans l'escalier extérieur, menant aux coulisses. Le coup de feu l'a un peu déstabilisé. Il a remarqué le tireur, entre deux voitures, à quelques pieds des escaliers. Il ne voyait que ses yeux et son nez qui sortaient de sa cagoule, et il était habillé d'une robe de chambre bleue.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine