Retour

Procès de Tony Accurso : des voyages sur le Touch et des sommes provenant d'un compte en Suisse

L'entrepreneur Tony Accurso aurait offert des séjours gratuits sur son bateau au défunt maire de Mascouche Richard Marcotte en plus de lui verser de l'argent en pots-de-vin. C'est ce que la poursuite a l'intention de démontrer au procès pour corruption de l'homme d'affaires, qui s'est ouvert lundi au palais de justice de Joliette.

Un texte de Geneviève Garon

« L’ex-maire de la ville de Mascouche, M. Richard Marcotte, a bénéficié de versements de pots-de-vin et de cadeaux provenant de l’accusé alors que les entreprises de ce dernier, soit Construction Louisbourg et Simard-Beaudry, étaient au milieu d’un processus d’appels d’offres pour d’importants contrats en lien avec la Ville de Mascouche et ses régies intermunicipales », a affirmé le procureur aux poursuites criminelles et pénales Pascal Grimard dans sa déclaration d’ouverture aux 12 jurés.

L’homme d’affaires de 66 ans aurait offert des voyages gratuits sur son bateau, le Touch, à Richard Marcotte, décédé en 2016.

Il lui aurait aussi remis « d’importantes sommes d’argent » à partir d’un compte bancaire en Suisse. La preuve est volumineuse pour retracer le déplacement de cet argent, soutient la poursuite, qui a l’intention de faire témoigner une juriscomptable sur le « contexte de la transaction ».

Tony Accurso est accusé de corruption d’un fonctionnaire municipal et d’abus de confiance. Ces crimes auraient été commis entre 2005 et 2012 afin d’influencer l’octroi de contrats de la ville de Mascouche, de la Régie d’assainissement des eaux Terrebonne-Mascouche et de la Régie d’aqueduc intermunicipale des Moulins.

Au départ, Tony Accurso faisait également face à des accusations de fraude envers la municipalité, de complot pour fraude, de complicité en vue d'aider un fonctionnaire à commettre un abus de confiance et de tentative d'influence de fonctionnaires municipaux. Ces chefs d'accusation ont été retirés.

La poursuite a commencé à présenter sa preuve lundi matin.

Des voyages dans les îles Vierges

La conseillère en voyages Sylvie Vachon a déclaré s’occuper des réservations de billets d’avion pour Tony Accurso depuis 2003.

À la demande de l’homme d’affaires, elle aurait souvent organisé les déplacements de ses invités vers Saint-Thomas, dans les Îles Vierges américaines, où son bateau était amarré.

La poursuite a présenté aux jurés des factures de billets d’avion au nom de Richard Marcotte, de sa conjointe Shirley Wilkinson et de l’entrepreneur Normand Trudel qui ont été payées par Tony Accurso, notamment par le biais de son entreprise Simard-Beaudry.

Sylvie Vachon soutient qu’elle ne communiquait jamais avec les passagers et que l’accusé réglait les détails par téléphone.

Une douzaine de témoins

L’ancien directeur de campagne de Richard Marcotte, Claude Lachapelle, sera appelé à la barre. Il a signé une entente d’immunité en échange de sa collaboration avec les autorités. Le ministère public a incité les jurés à ne pas se laisser influencer par le fait que Claude Lachapelle a été payé pour son témoignage.

L’ancienne adjointe de Richard Marcotte, Manon Delage, a aussi accepté de collaborer.

Tony Accurso a été arrêté en avril 2012 dans le cadre de l’opération policière Gravier. Le juge James Brunton a signalé au jury qu’il ne doit pas prendre en considération que d’autres individus arrêtés en même temps que l’entrepreneur ont plaidé coupables.

Après avoir entendu la douzaine de témoins de la poursuite, l’avocat de Tony Accurso, Marc Labelle, annoncera s’il présente une défense.

Le procès doit durer de quatre à six semaines.

L'été dernier, Tony Accurso avait tenté de faire tomber les accusations portées contre lui en évoquant l'arrêt Jordan, mais cette requête a finalement été rejetée par le tribunal.

Plus d'articles