Retour

Projet Montréal réclame des actions concrètes du maire Coderre pour contrer le chômage

Le parti Projet Montréal estime que la situation de l'emploi à Montréal nécessite une intervention musclée de la part du maire Denis Coderre.

En mars, alors que le taux de chômage au Canada a baissé et qu'au Québec, il est demeuré à peu près stable, la situation était tout autre à Montréal, où le taux de chômage est en hausse. Et, pour l'opposition officielle à l'hôtel de ville, ce tableau est inquiétant.

Le taux de chômage sur l'île a ainsi franchi en mars le cap des 11 % en données non désaisonnalisées, c'est-à-dire qui peuvent être influencées par les fluctuations normales saisonnières de l'emploi. C'est tout de même une hausse d'un point de pourcentage par rapport à la même période l'an dernier.

La conseillère de Projet Montréal dans le district Maisonneuve-Longue-Pointe, Laurence Lavigne-Lalonde, affirme avoir l'impression que le maire Coderre n'a pas à coeur ce dossier, alors qu'il est le maître d'oeuvre du développement économique.

« Ça fait des mois que ça augmente, ça fait des mois qu'on perd des emplois, soutient Laurence Lavigne-Lalonde. Il faut des actions concrètes maintenant, ça ne peut plus attendre. »

L'administration Coderre n'a pas été en mesure de réagir vendredi, après la divulgation des données.

Peu après l'arrivée au pouvoir de l'administration de Denis Coderre, en mars 2014, le taux de chômage dans l'île de Montréal s'établissait à 9,5 %, toujours en données non désaisonnalisées.

Plus de gens se cherchent du travail

Pour l'analyste de Statistique Canada Lahouaria Yssaad, la dernière hausse du chômage à Montréal est essentiellement attribuable au nombre plus élevé de chercheurs d'emploi.

« C'est mieux d'avoir une augmentation du taux de chômage, qui est le résultat du nombre de personnes qui cherchent du travail, plutôt qu'une baisse du taux de chômage qui peut refléter un découragement des gens qui n'ont pas de travail », explique Lahouaria Yssaad.

En mars 2016, sur l'île de Montréal, on comptait 11 000 chercheurs d'emplois de plus qu'à la même période, en 2015.

Avec les informations de Benoît Chapdelaine

Plus d'articles

Commentaires