Retour

Prolongement de la ligne bleue : les commerçants redoutent les expropriations

On attend toujours la première pelletée de terre pour le prolongement de la ligne bleue du métro, qui doit s'allonger de 5,8 kilomètres et cinq stations de plus, jusqu'à Anjou.

Le long du tracé, depuis 2014, plusieurs propriétaires sont menacés d'expropriation.

Ils sont visés par une réserve foncière prise sur leur propriété. Cette réserve d'expropriation gèle toute transaction foncière pendant deux ans. À la fin du terme, la réserve peut être prolongée pendant deux autres années.

Des propriétaires ont lancé une pétition demandant à l’Agence métropolitaine de transport (AMT) de s’engager à construire la station de métro dans le parc qui se trouve en face de leur immeuble, dans le but de sauver une centaine d'emplois.

Le maire de l'arrondissement d'Anjou, Luis Miranda, ne croit pas que la ligne bleue du métro de Montréal sera prolongée à court terme.

« Quand le maire Coderre a accepté de backer le projet du REM (Réseau électrique métropolitain), il a laissé tomber l’est, c’est pas compliqué. Les finances publiques, c’est pas illimité, on a des obligations à ce niveau », dit-il.

C’est le conseil des ministres qui doit décider si le projet ira de l’avant dans les prochains mois.

Selon l'échéancier initial, les travaux devaient commencer en 2017 pour une ouverture en 2020 ou 2021.

Avec les informations de Sébastien Desrosiers

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un drone filme la beauté de l'Australie





Concours!



Rabais de la semaine