C'est l'histoire d'un rêve : celui d'une enseignante de l'école primaire Jacques-Bizard, au nord de Montréal, qui a voulu, avec ses élèves, écrire un livre. Un rêve qui s'est finalement réalisé : Rêves multicolores vient d'être publié, à la grande joie et la fierté de tous et toutes.

Un texte de Catherine François

Rahouadja Zarzi a lancé le projet en septembre dernier, au début de l'année scolaire, après avoir été bouleversée par la photo du petit Alan Kurdi, cet enfant syrien échoué sur une plage en Turquie. « J'espérais que la mer avait bercé ses derniers moments, précise-t-elle, d'où l'idée des berceuses et des contes. »

Travail d'équipe

Rahouadja est allée chercher l'appui de sa directrice, Marie-Josée Lévesque, des autres enseignantes de l'école et de leurs élèves, sans oublier une subvention de 15 000 $ auprès du ministère de l'Éducation. Et puis, tous ensemble, ils se sont jetés corps et âme dans cette merveilleuse aventure qu'est la création d'un livre assorti d'un CD comprenant cinq berceuses.

L'idée était simple : décliner le rythme des quatre saisons en créant des contes sur chacune d'entre elles. Et puis enregistrer cinq berceuses provenant du répertoire amérindien.

Pendant des mois et des mois, chacun a mis sa petite pierre à l'édifice, un artiste multidisciplinaire, Marc Sauvageau, a supervisé l'ensemble de l'œuvre et, le 27 mai, quelque 300 personnes sont venues au lancement de ce très joli petit livre.

Un beau projet qui a également favorisé l'intégration des enfants qui viennent d'arriver au Québec et qui apprennent le français dans les quatre classes d'accueil que compte l'école Jacques-Bizard.

Une aventure qui a enthousiasmé les 200 élèves participants ainsi que leurs enseignantes. Treize d'entre eux racontent leur expérience :

RAHOUADJA ZARZI, ENSEIGNANTE 

« J'ai toujours rêvé d'assembler les énergies créatrices des enfants et je trouve que les enfants ont un imaginaire assez foisonnant, mais qu'il n'est pas valorisé dans la société dans laquelle on évolue. Je trouve que c'est important de laisser libre cours à cette créativité, à cet espace d'imagination qui est propre à l'enfance.

« C'était pour moi une façon de créer une œuvre en les poussant tous, en sortant leur potentiel et ils se sont surpassés, ils ont vraiment donné leur 200 %. Ce projet a aussi prouvé aux enfants qu'avec des efforts, on peut arriver à tout. J'ai une vision un peu particulière de l'éducation. Oui, il faut instruire, socialiser, qualifier; mais il faut aussi épanouir parce qu'un enfant heureux apprend mieux. »

JOSÉE BROCHU, ENSEIGNANTE

« C'est extraordinaire de penser qu'on a fabriqué un livre de A à Z. On a pu transférer tout ce qu'on apprend en classe. C'était vraiment un projet qui était rassembleur et très signifiant pour les enfants, parce qu'ils savent qu'ils sont les maîtres du livre.

« Ça nous donne le goût de recommencer, car la récompense ultime, c'est que les enfants soient si fiers d'eux. C'est un souvenir qu'ils vont garder toute leur vie, alors j'ai envie de recommencer. »

ISABELLE AHKEN, ENSEIGNANTE

« Ce projet a été rassembleur : il a permis à plusieurs enfants qui ne se connaissaient pas de se rencontrer et de travailler ensemble. »

« Pour les enfants qui étaient dans les classes d'accueil, ils ont dû faire ce projet en français, ce qui leur a permis de continuer leur apprentissage de la langue. Ils ont aussi échangé avec les autres enfants des classes régulières, ce qui leur a permis de mieux s'intégrer. »

ROLLA BEKHAZI, ENSEIGNANTE

« C'est un projet d'entraide, de cohésion. Ça a rapproché les élèves, ça a rapproché les groupes, les professeurs, on a découvert les talents de plusieurs personnes. C'est le bilan d'une passion, que ce soit l'écriture ou la musique, on a mélangé les deux et ça a donné ce beau résultat. »

MARTRY FAHMY, 9 ANS

« Je me sens contente. On a travaillé fort. On a pris beaucoup de temps pour finir le livre. »

ANISA HASHEMI, 10 ANS

« Le livre est extraordinaire. C'est très beau. Il y a beaucoup d'efforts dedans, je suis très fière de moi. »

ÉMILE LEDOUX, 10 ANS

« C'est vraiment beau. C'est meilleur que ce que je pensais quand on faisait le conte. Je trouve ça vraiment impressionnant. C'est la première fois que je travaille fort pour un livre. »

CHARLOTTE CADRIN, 10 ANS

« Je suis fière du travail qu'on a fait. »

ÉLISA GAUDETTE, 8 ANS

« J'aime beaucoup le livre. C'est impressionnant! »

ÉRIKA LAROUCHE, 11 ANS

« Je suis très fière de notre travail. On a passé beaucoup de temps à réaliser ce projet, mais ça en a valu la peine parce que c'est un beau livre. Je ne réalise pas vraiment, parce que ce n'est pas tous les enfants qui ont la chance de faire ça. »

LÉA LONGPRÉ, 10 ANS

« Oui, je suis très contente d'avoir participé à ce projet-là et j'espère que les gens qui vont lire le livre vont l'aimer. »

ARIELLE CORMIER ET LÉA CHOQUETTE, ÉLÈVES DU SECONDAIRE

Arielle : « J'aime vraiment ça, animer et travailler avec les jeunes. C'était super le fun : à chaque fois qu'on venait à l'école, on travaillait avec les enfants. C'était des groupes différents, donc, à chaque fois que tu rencontres des nouveaux enfants, tu apprends à les connaître, avec leurs faiblesses et leurs forces aussi. Surtout, ils sont très talentueux. »

Léa : « Moi, ça fait tellement longtemps que je veux devenir enseignante, ça a juste validé mon choix, ce projet-là. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine