BILLET - Dans la déprime générale, chacun, spécialiste comme partisan, y est allé de sa petite analyse après l'embarrassante défaite de 5-4 du Canadien contre les Coyotes de l'Arizona. Le pire, c'est que même en cherchant quelque chose de positif, on finit par déprimer un peu plus. Dans ce match à oublier, c'est Tomas Plekanec qui a été le meilleur joueur de centre de l'équipe. Tomas Plekanec! Misère!

Je ne suis pas de ceux qui détestent Plekanec, l’appellent « le col roulé », se lèvent la nuit pour le haïr. C’est un joueur honnête qui donne ce qu’il a à donner et qui ne déçoit pas plus souvent qu’il ne surprend. Point.

Mais quand un joueur moyen est ton meilleur joueur, ce n’est pas vers lui qu’il faut diriger tes inquiétudes.

Deux passes

Plekanec a été le seul joueur du CH à amasser deux points contre les Coyotes. Deux mentions d’aide. Et des belles. Il a parfaitement servi Joe Morrow pour le troisième but de l'équipe. Et la mise au jeu importante qu’il a gagnée en fin de deuxième a mis la rondelle sur le bâton de Shea Weber pour le quatrième but.

Les mises au jeu

C’est là que je voulais en venir. C’est là que Plekanec est autre chose qu’un simple joueur honnête.

On voit parfois les joueurs de centre travailler cet aspect du jeu à l’issue de l’entraînement. Ils le font entre eux et généralement ça se passe sous la supervision de Kirk Muller, un ancien ailier.

Y a-t-il un spécialiste dans la salle?

Pourrait-on mieux aider les joueurs de centre de l’équipe dans cet aspect du jeu?

Vous savez, si on arrivait en tirs de barrage en fin de rencontre et qu’on accordait quatre tirs à l’adversaire contre seulement trois au Tricolore, tout le monde crierait à l’injustice. En ce qui concerne la possession de rondelle, le Canadien joue pourtant ce jeu en perdant les mises au jeu et en accordant plus de possession à l’adversaire qu’il n’en a lui-même.

Jonathan Drouin est particulièrement vulnérable. Jonathan est un ailier de carrière à qui on demande d’assumer les responsabilités d’un centre. L’idée ici n’est pas de le blâmer, mais, je le répète, de se demander s’il n’y aurait pas moyen de l’aider un peu plus.

Il a gagné 4 mises au jeu et en a perdu 10 contre l’Arizona. Un déséquilibre de six possessions de rondelle. C’est deux possessions de plus par période pour l’adversaire. Quand tu mises sur une équipe moyenne, c’est un handicap très, très lourd.

La vidéo

Antoine Vermette a un taux d’efficacité de 64,3 % pour les mises au jeu. Il ne viendra pas donner des conseils au Canadien. Mais que fait-il de différent? A-t-il un répertoire tactique comme d’autres joueurs ont un répertoire de feintes? Peut-on l’observer sur vidéo? Peut-on faire la même chose avec Patrice Bergeron? Y a-t-il des leçons à en tirer? Peut-on les appliquer?

Si ça s’enseigne, on doit le faire.

Et, au besoin, que Plekanec passe une heure par jour avec Drouin pour partager sa « science ». S’il amène Drouin à gagner ne serait-ce qu’une mise au jeu sur deux, je promets de prendre sa défense auprès de tous ses détracteurs. Je suis même prêt à porter un col roulé de temps en temps.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine