Retour

Québec débloque 11 millions pour lutter contre l’itinérance

Cette somme qui sera majoritairement investie dans les grands centres urbains doit servir à sortir davantage d'itinérants de la rue et à les accompagner dans le processus de réinsertion, a annoncé mardi la ministre Lucie Charlebois.

Cette enveloppe de 11 millions de dollars, qui s’ajoutent aux 13 millions investis annuellement dans le cadre du Plan d'action interministériel en itinérance 2015-2020, sera divisée en deux volets.

Le premier volet, de 7 millions, sera dépensé dans les régions de Montréal, de Québec et de la Montérégie sur quatre ans, de 2018 à 2021.

Les 4 millions restants seront quant à eux investis dans les régions qui ont des besoins particuliers à raison de 1 million par année sur quatre ans, soit de 2020 à 2023, a indiqué la ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie.

Fournir plus qu'un logement

En plus d’aider les personnes qui vivent dans la rue à trouver du logement, ces sommes serviront à leur procurer un accompagnement par le biais d’intervenants en santé et en services sociaux afin d’éviter qu’elles se retrouvent livrées à elles-mêmes une fois en hébergement.

« Le logement, c’est une chose, mais il faut qu’on retienne que ça prend de l’accompagnement. Juste prendre quelqu’un puis lui dire : « Regarde, on a trouvé un logement pour toi », ce n’est pas la recette absolue, c’est absolument inutile », a déclaré Lucie Charlebois en conférence de presse, à Montréal.

« Souvent, ce sont des gens qui sont désaffiliés, qui n’ont plus de repères, il faut les accompagner là-dedans », a poursuivi la ministre.

De l'aide aux propriétaires

Des ressources seront aussi consacrées aux propriétaires des logements qui hébergent des itinérants en réinsertion.

Pour épauler les efforts du gouvernement pour lutter contre l’itinérance, la Société d'habitation du Québec a réservé 225 logements provenant des programmes AccèsLogis Québec et Supplément au loyer pour loger davantage d’itinérants dans le cadre d’une approche de type « stabilité résidentielle avec accompagnement ».

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les 10 meilleures destinations vacances lorsqu'on est végane





Rabais de la semaine