Retour

Québec devra s'armer de patience si elle souhaite le retour de la LNH

La ville de Québec devra être patiente : sans fermer la porte à une éventuelle expansion, le commissaire de la Ligue nationale de hockey, Gary Bettman, ne peut pas prédire quand son circuit élargira une nouvelle fois ses cadres.

Selon le commissaire, invité de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, la Ligue « digère toujours l'arrivée de sa 31e concession » et ne compte pas y aller d'une nouvelle expansion par souci de symétrie entre ses deux associations. Pour l'instant, l'Est compte 16 clubs, comparativement à 15 dans l'Ouest.

Bettman a ajouté que si la LNH procédait à un nouvel appel de candidatures, elle agirait de façon très prudente, des propos qui n'ont sûrement pas fait plaisir au président et chef de la direction de Québecor, Pierre Karl Péladeau, assis en sa compagnie à la table de d'honneur.

Quand on lui a fait remarquer que Québec s'est dotée d'un nouvel amphithéâtre construit à même des fonds publics, Bettman rappelle qu'il n'a jamais incité la ville à bâtir un nouvel aréna depuis le départ des Nordiques, en 1995, et surtout, qu'il n'a jamais promis qu'un nouvel aréna équivaudrait automatiquement à un retour de la LNH.

« Nous n’avons jamais dit qu’ils ont besoin d’un amphithéâtre [pour avoir une équipe]. À chaque étape [du processus d’expansion], nous leur avons rappelé qu’il n’y avait pas de promesse d’équipe, a dit Bettman. Cela ne veut pas dire qu’ils n’auront jamais d’équipe. Nous sommes très à l’aise, nous savons que nous sommes sur la même longueur d’onde.

« Nous ne demandons jamais à quiconque de construire un édifice pour nous. Si vous voulez construire un aréna, vous le faites. Mais on voit que quand une ville perd son équipe parce que son infrastructure est défaillante, c’est très, très difficile de ravoir une concession. Voyez combien de temps il a fallu pour que Winnipeg reprenne son équipe.

« Nous étions très clair, au contraire, que nous ne promettions pas d’équipe [à Québec]. »

Mince consolation pour les partisans de hockey de Québec : Geoff Molson, le propriétaire et président du Canadien de Montréal, appuierait une recommandation d'expansion à Québec de la part des gouverneurs du circuit et ne demanderait pas de compensation supplémentaire à celle qui serait prévu au processus d'expansion si une nouvelle équipe s'installait dans ce qui est maintenant considéré son territoire exclusif.

« C’est à la ligue de développer un plan d’affaire qui va satisfaire tout le monde, mais une autre équipe n’aura pas de compensation financière pour l’arrivée de Québec, non. »

Les Sénateurs au centre-ville, un déménagement « vital »

Bettman a d’ailleurs indiqué que la LNH suivait de près la situation à Ottawa, où les Sénateurs auront à se trouver un nouveau domicile bientôt. « Ils sont concentrés sur les plaines LeBreton. Ils savent que la vie utile du Centre Canadian Tire tire à sa fin, et quand on pense aux jeunes, aux prochaines générations d’amateurs, un amphithéâtre au centre-ville est vital à l’avenir de cette concession.

« Eugene Melnyk travaille très fort pour que sa vision pour les plaines LeBreton se matérialise, ce qui serait très bénéfique pour les Sénateurs et pour Ottawa. »

« Le premier match des Sénateurs que j’ai vu était là où les 67’s jouent maintenant. C’était une expérience assez particulière, de voir une équipe des ligues majeures dans un tel endroit. À l’époque, quand nous avons attribué la concession à Ottawa, c’était la seule option viable. Avec un recul de 20 ans, on peut s’entendre que le centre-ville aurait été préférable [à la banlieue de Kanata]. »

Houston et la LNH : Bettman refuse de confirmer la tenue d'une rencontre

Bettman est bien au courant de l'intérêt de Houston pour une équipe de hockey professionnel. Il a cependant refusé d'en dire plus.

Le propriétaire des Rockets de Houston Tilman Fertitta a indiqué plus tôt cette semaine qu’il évaluait la possibilité d’amener la LNH dans une deuxième ville du Texas.

En conférence de presse en marge du centenaire de la LNH, Bettman a cependant « ni confirmé ni infirmé » qu’il avait rencontré Ferititta.

« Il y avait un reportage sur une rencontre. Je ne confirme ni n’infirme ces informations ou leur origine, a réagi Bettman. Ma réaction est la suivante : s’il y a un véritable intérêt en provenance de Houston, sous les bonnes conditions, nous y jetterons un coup d’œil.

« Ça peut vous sembler vague, mais vous savez, je n’aime pas participer à la spéculation sur ce genre de dossiers. Nous n’irons pas plus loin pour le moment. »

Fertitta a acheté les Rockets de Houston plus tôt cette année pour 2,2 milliards de dollars.

Relancé sur la question, Bettman a répliqué que « son emploi du temps n’était pas nécessairement du domaine public. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine