Retour

Québec sermonne l'ancienne administration de Brossard

Le rapport d'un vérificateur du gouvernement conclut que la Ville de Brossard n'a pas respecté sa politique de gestion des contrats, lors de l'achat de meubles italiens pour le bureau de l'ex-maire Paul Leduc. Par ailleurs, des élus ont touché 7144 $ pour ne se réunir qu'une seule fois durant l'année 2016.

Un texte de Thomas Gerbet

Paul Leduc n'est plus maire de Brossard, mais l'ombre de son administration plane encore sur l'hôtel de ville.

Le rapport de vérification, rendu public vendredi, aura pris 18 mois à être produit. Il avait été imposé en juin 2016, par le ministre des Affaires municipales Martin Coiteux.

Deux raisons l'avaient motivé :

  • les nombreux départs et congés de maladie de hauts fonctionnaires de la Ville
  • les allégations dans les médias au sujet de problèmes de gestion

L'audit conclut d'abord que la Ville n'a pas respecté sa politique de gestion contractuelle lors de l'achat de meubles en Italie pour le bureau de l'ancien maire.

La femme de l'ex-maire Leduc, qui n'était pas employée de la Ville, avait magasiné elle-même les meubles. Le vérificateur regrette que les étapes préalables à la commande n’aient pas été réalisées par un membre du service des approvisionnements.

Par ailleurs, le contrat gré à gré, d'un montant de 9451 $, ne respectait pas non plus la politique d'achats de la municipalité. La Ville aurait dû favoriser des compagnies locales et solliciter au moins deux fournisseurs pour comparer les prix.

Le vérificateur ne cite jamais le nom de l'ex-maire. Il ne s'étend pas non plus sur l'élément de cette affaire qui avait fait le plus couler d'encre. Louise Plante, la femme de Paul Leduc, avait tenté d'obtenir un lien d'affaire auprès de la compagnie italienne au même moment où elle magasinait les meubles.

À cette époque, Paul Leduc avait accusé les médias de mener une « campagne négative » contre lui et la Ville. Il avait même salué la venue du vérificateur, qui, selon lui, permettrait aux citoyens « d'avoir les vraies informations ».

Des élus payés 7144 $ pour une seule réunion

Le vérificateur s'est aussi penché sur plusieurs comités d'élus dont l'existence était difficilement justifiable. Le rapport constate par exemple que le comité des priorités, formé de quatre conseillers municipaux de l'équipe Leduc, ne s'est réuni qu'une seule fois en 2016 pour une rémunération de 7144 $ par membre.

Par ailleurs, concernant l'ensemble des comités, 96 % des procès-verbaux remis au vérificateur n'étaient pas signés par leur président ou par la majorité des membres qui la composaient, comme le prévoit la loi.

Des points positifs constatés par le vérificateur

Le rapport conclut que le processus d'attribution des contrats de services juridiques respecte les règles, malgré ce que pouvait en dire l'ancienne opposition.

Par ailleurs, le vérificateur a constaté des progrès satisfaisants dans les corrections à la gestion des contrats de plus de 25 000 $. Un précédent audit publié en 2015 avait conclu à des manquements.

Changements à l'hôtel de ville

La nouvelle mairesse Doreen Assad, qui a battu Paul Leduc lors des élections de novembre, a aboli le comité des priorités. La nouvelle administration a aussi informé le gouvernement qu'une formation et une sensibilisation ont été faites à tous les employés cadres relativement à la politique de gestion contractuelle.

Le directeur général de Brossard est toujours en congé maladie.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Chien qui s'endort lors de son bain