Retour

Quelques dates importantes dans la carrière de Lucian Bute

Lucian Bute tentera samedi soir à Washington de redevenir champion du monde des super-moyens. Il affrontera Badou Jack, le détenteur du titre du World Boxing Council (WBC).

Voici, en quelques dates, les combats marquants de sa carrière jusqu'ici. Un palmarès établi par Bernard Barré, vice-président opérations et recrutement du Groupe Yvon Michel, ainsi que par Stéphan Larouche, qui a été l'entraîneur de Bute (32-3, 25 K.-O.) à ses 33 premiers combats.

Le 3 décembre 2004, Lucian Bute dispute la demi-finale d'un gala pour la première fois de sa carrière. Il affronte au Centre Bell Dingan Thobela. Quelques jours plus tôt, Éric Lucas avait lancé un appel aux amateurs pour venir encourager Bute.

« En Thobela, on lui donnait un adversaire qui venait de se battre contre Éric Lucas et Dave Hilton, un boxeur durable », rappelle son entraîneur de l'époque Stéphan Larouche.

Lucian Bute l'emporte par mise hors de combat technique au quatrième round. « C'est la naissance de l'histoire d'amour entre les amateurs québécois et Lucian Bute », ajoute Larouche.

Lucian Bute remonte dans le ring le 16 septembre 2005 au Centre Bell. Cette fois, il affronte pour les titres NABF et WBC Continental des super-moyens Kabary Salem. Cet Égyptien vient de perdre par décision unanime contre Joe Calzaghe, qu'il a quand même envoyé au tapis au quatrième round.

« C'était un boxeur avec beaucoup d'expérience, qui donnait du trouble à tout le monde. Avant Lucian, Salem n'avait jamais été arrêté. Ça a été une belle étape dans le développement technique de Lucian », dit Larouche.

Lucian Bute l'emporte sur Salem par mise hors de combat technique au 8e ronde. Ce sera le dernier combat de la carrière de Kabary Salem.

Deux ans plus tard, le 19 octobre 2007 au Centre Bell, Bute affronte Alejandro Berrio pour le titre mondial des super-moyens de l'International Boxing Federation (IBF).

Bute montre alors une fiche vierge de 20-0, dont 16 victoires avant la limite. Il est devenu l'aspirant obligatoire au champion en battant Sakio Bika par décision unanime quatre mois plus tôt.

Lucian Bute battra Berrio par mise hors de combat technique au 11e round. Il deviendra ainsi le nouveau tenant du titre qu'il défendra neuf fois en cinq ans.

« On avait un plan de quatre ans quand on a signé Lucian en octobre 2003. Quatre ans plus tard, en octobre 2007, il devenait champion », note Stéphan Larouche.

Un an plus tard, le 24 octobre 2008 au Centre Bell, Bute conserve son titre mondial des super-moyens de l'IBF. Il l'emporte par décision unanime contre Librado Andrade, qui a quand même semé le doute dans l'esprit de Bute en l'atteignant solidement au 12e round.

Certains experts et amateurs croyaient même que l'arbitre Marlon B. Wright s'était montré très clément à l'endroit du champion qui semblait K.-O. debout à la fin de l'affrontement.

« Ce combat a fini en queue de poisson. Lucian est sorti de là humilié et déçu, même après avoir gagné 10 des 12 rondes », se souvient Larouche.
Le 28 novembre 2009, au Colisée de Québec, Lucian Bute livre un combat revanche à Librado Andrade.

Cette fois, l'histoire s'avère différente. Bute se débarasse d' Andrade en 4 rondes.
Il conserve son titre mondial et ne laisse aucun doute dans l'esprit des gens qui ont vu le combat.

« Il a montré hors de tout doute qui était le patron » dit Bernard Barré, le vice-président opérations et recrutement du Groupe Yvon Michel.

Stéphane Larouche ajoute : « Ce combat est venu valider la première victoire de Lucian ».
Depuis qu'il est devenu champion du monde, Bute n cessé de répéter qu'il voulait offrir un combat de championnat à ses compatriotes roumains.

Il réalise son vœu le 9 juillet 2011 alors qu'il défend son titre mondial contre Jean-Paul Mendy, dans un combat présenté à Bucarest en Roumanie.

Bute comble ses compatriotes. Il l'emporte au quatrième assault par mise hors de combat.
« C'était une étape obligatoire dans la carrière Lucian. Cette victoire lui avait fait le plus grand bien mentalement », indique Stéphane Larouche.

Un an plus tard, le 26 mai 2012, Lucian Bute va frapper un mur.

Dans l'environnement hostile de l'aréna de Nottinham au Royaume-Uni, Bute encaisse une correction face au favori local, Carl Froch, qui lui arrache son titre mondial en lui passant une mise hors de combat technique au 5e ronde.
Après neuf défenses fructueuses de son titre, Lucian Bute perdra son titre face au Britannique.

« Il était rendu là, il y est allé. Le résultat n'a pas évidemment pas été celui escompté », note Bernard Barré.

Lucian Bute remonte dans le ring le 28 novembre 2015. Il affronte James DeGale dans un combat pour le titre des supers moyens de l'IBF présenté au Centre Vidéotron à Québec.

Cette fois, Bute est l'aspirant au titre qu'il a détenu pendant cinq ans. Il s'incline par décision unanime, mais offre sa plus belle performance des quatre dernières années.

« Tout le monde pensait qu'il allait se faire démolir, il a plutôt passé la soirée dans les culottes de DeGale et a relancé sa carrière », estime Bernard Barré.

C'est donc un Lucian Bute (32-3, 25 K.-O.) renouvelé et confiant que les amateurs devraient voir dans le ring contre Badou Jack (20-1-1, 12 K.-O.), samedi soir à Washington.

Plus d'articles

Commentaires