Retour

Quoi qu'en dise Claire Williams, ça ne va pas bien pour Lance Stroll

Ces derniers jours, la vice-patronne de l'écurie Williams, Claire Williams, s'est vigoureusement portée à la défense de son jeune pilote canadien, Lance Stroll, en arguant que les journalistes affectés à la couverture de la F1 sont « grossièrement injustes » et que les « statistiques de Stroll sont plutôt similaires » à celles d'autres jeunes pilotes qui ont fini par s'illustrer au sein du Championnat du monde.

Claire Williams a notamment tracé un parallèle entre les résultats des six premiers Grands Prix de Stroll, Sebastian Vettel et Kimi Raikkonen pour illustrer qu'il faut savoir se montrer patient envers un jeune pilote qui se familiarise avec l'environnement exigeant de la F1 et ses contraintes, nettement plus pointues, en matière de pilotage.

Voici les résultats enregistrés par Stroll, Vettel, Raikkonen et un récent jeune protégé de l'écurie Williams, le Finlandais Valtteri Bottas, lors des six premiers Grands Prix de leur carrière. Bottas impressionne cette saison à titre de coéquipier de Lewis Hamilton chez Mercedes.

Stroll DNF DNF DNF 11e 16e DNFVettel 8e 16e 19e 18e DNF DNFRaikkonen 6e DNF DNF DNF 8e 4eBottas 14e 11e 13e 14e 16e 12e

(DNF) : N'a pas franchi la ligne d'arrivée.

« Les gens doivent regarder ce qui s'est fait dans le passé avant de critiquer », s'est insurgée madame Williams.

***

Or, comparer des résultats de course est toujours un exercice hasardeux. Un pilote nettement plus rapide et habile que son coéquipier peut toujours être victime d'un bris mécanique, d'une mauvaise stratégie ou d'un quelconque incident de course qui influencera son classement à la ligne d'arrivée.

Pour mieux mesurer la compétitivité et la rapidité d'un pilote, il faut comparer ses chronos de qualifications avec ceux de son coéquipier puisqu'il s'agit du seul autre adversaire du plateau possédant une monoplace identique.

Or, depuis le début de la saison, Lance Stroll a cumulé un retard considérable sur son coéquipier Felipe Massa lors des séances de qualifs. Tellement, que les deux coéquipiers semblent évoluer dans des univers totalement différents.

Depuis le début de la saison, quatre pilotes ne sont pas parvenus à devancer leur coéquipier une seule fois lors des qualifications: Joylon Palmer (Renault), Marcus Ericcson (Sauber), Stoffel Vandoorne (McLaren) et Lance Stroll (Williams).

Les écarts cumulatifs entre coéquipiers après 6 séances de qualification en 2017:

Toro Rosso (Kvyat et Sainz) : écart de 0,255 seconde en faveur de SainzRed Bull (Ricciardo et Verstappen) : écart de 0,649 seconde en faveur de RicciardoMercedes (Hamilton et Bottas) : écart de 0,833 seconde en faveur de Bottas (1)Sauber (Ericsson et Wehrlein) : écart de 0,845 seconde en faveur de Wehrlein (2)Ferrari (Vettel et Raikkonen) : écart de 1,415 seconde en faveur de VettelHaas (Grosjean et Magnussen) : écart de 1,622 seconde en faveur de Grosjean (3)Sahara Force India (Perez et Ocon) : écart de 1,648 seconde en faveur de PerezMcLaren (Alonso et Vandoorne) : écart de 3,003 secondes en faveur d'Alonso (4)Williams (Stroll et Massa) : écart de 5,533 secondes en faveur de MassaRenault (Hülkenberg et Palmer) : écart de 7,501 secondes en faveur de Hülkenberg

Clairement, ce tableau démontre le niveau élevé de compétition auquel les dirigeants d'écuries sont en droit de s'attendre entre leurs deux pilotes. Les écarts considérables enregistrés chez McLaren, Williams et Renault sont anormalement élevés.

***

Lorsqu'on suit le conseil de Claire Williams (« Il faut regarder ce qui s'est fait dans le passé avant de critiquer... ») et qu'on compare les chronos de qualifications et le niveau de compétitivité enregistrés par Sebastian Vettel, Kimi Raikkonen et Valtteri Bottas à leurs débuts en F1, le portrait devient nettement plus clair.

- En 2001 chez Sauber, après 6 GP, Raikkonen accusait un retard cumulatif de 1,153 seconde sur son coéquipier Nick Heidfeld.- En 2007, chez Toro Rosso, Vettel n'était devancé que de 0,644 seconde par Vitantonio Liuzzi (5)- En 2013, chez Williams, Bottas devançait par 2,127 secondes son coéquipier Pastor Maldonado.

Ce n'est pas par hasard que la sortie médiatique de Claire Williams est survenue tout juste avant la présentation du Grand Prix du Canada. Elle visait à soustraire son jeune pilote à la lourde pression qui s'accumule sur ses épaules de course en course depuis le début de la saison.

Mais les faits demeurent : le pilote canadien n'est pas suffisamment compétitif par rapport à son coéquipier et ses statistiques démontrent qu'il affiche un très sérieux retard en comparaison avec d'autres jeunes pilotes (cités en exemple par madame Williams) à leur première saison en F1.

A-t-on commis une sérieuse erreur en faisant graduer Lance Stroll en F1 à 18 ans (comme s'il était un surdoué) au lieu de le laisser continuer à faire ses classes dans des séries/championnats inférieurs?

L'écurie Williams a-t-elle fait preuve d'aveuglement volontaire pour profiter du soutien monétaire de Lawrence Stroll, le père milliardaire de Lance?

Quoi qu'en dise Claire Williams, tant que Lance Stroll ne commencera pas à flirter avec les chronos de son coéquipier, ces débats ne cesseront pas dans le paddock. La F1 n'est pas un championnat-école où l'on fait tranquillement ses classes. C'est la ligue majeure.

Souhaitons au jeune Stroll de pouvoir redresser la barre en cours de route. En attendant, après six courses cette saison, les dirigeants de l'écurie ne paraissent pas mieux que leur nouvelle recrue.

(1) Hamilton et Bottas, à la surprise générale, se sont partagé les meilleurs chronos de leur écurie à parts égales (3-3) cette saison.(2) L'écart entre Ericsson et Wehrlein est calculé sur 4 GP, puisque Wehrlein a raté les deux premières épreuves du calendrier.(3) Grosjean et Magnussen se sont partagé les meilleurs chronos de leur écurie en parts égales (3-3) cette saison.(4) L'écart entre Alonso et Vandoorne est calculé sur 5 GP, puisque Alonso n'a pas participé au GP de Monaco.(5) Avant de se joindre à Toro Rosso en 2007, Vettel avait disputé un premier Grand Prix avec BMW-Sauber et il s'était qualifié seulement 0,168 seconde derrière son coéquipier Nick Heidfeld.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine