Retour

Radio-Canada vend sa maison au Groupe Mach, Broccolini lui en construira une nouvelle

C'est maintenant annoncé : Radio-Canada vend sa tour au Groupe Mach inc. et confie au consortium dirigé par Broccolini le soin de construire les nouvelles installations du diffuseur public à Montréal.

La société d'État en a fait l'annonce en fin de journée, mercredi, par voie de communiqué.

Les deux transactions, soit la vente des installations actuelles et l'érection de nouveaux immeubles, devront être approuvées par le Conseil du Trésor du Canada.

C'est mardi que le conseil d'administration dit avoir finalement fixé son choix sur les groupes Broccolini et Mach inc.

Les nouveaux espaces destinés aux employés de Radio-Canada verront le jour là où se trouve actuellement, à l'est de la tour, une partie du stationnement, c'est-à-dire à l'angle de l'avenue Papineau et du boulevard René-Lévesque Est.

Radio-Canada sera locataire de ces nouvelles installations en vertu d'un bail d'une durée de 30 ans.

Le Groupe Mach inc. achète pour sa part les installations existantes et la portion de terrain située à l'ouest de la tour.

Le vice-président principal de la société d'État, Louis Lalande, dévoilera les détails du projet lors de deux rencontres prévues jeudi, dans un studio de Radio-Canada.

Le syndicat réclame la suspension de la vente

La réaction du Syndicat des communications de Radio-Canada (SCRC-CSN) n’a pas tardé. Sitôt l’annonce faite, les dirigeants syndicaux ont reproché à la haute direction du diffuseur d’avoir « manqué de clarté et de transparence depuis le début du processus de la vente de la Maison de Radio-Canada, à Montréal ».

Le SCRC-CSN cite également un article du Journal de Montréal dans lequel il est allégué que « le courtier choisi pour cette opération est intimement lié au Parti conservateur », comme le dit le communiqué du syndicat.

Sachant que la majorité des membres du Conseil d’administration de Radio-Canada sont également liés au Parti conservateur, cette révélation jette un lourd soupçon sur l’ensemble de cette opération immobilière.

Extrait du communiqué du SCRC-CSN

Le Syndicat des communications de Radio-Canada réclame d’une part la suspension de cette vente et, d’autre part, l’intervention d’Ottawa dans ce dossier.

La ministre souhaite un processus transparent

La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, rappelé certaines responsabilités du diffuseur public. « C'est important que Radio-Canada puisse respecter sa responsabilité historique par rapport au quartier dans lequel il est situé. C'est important également que les employés de Radio-Canada aient accès à des endroits de travail qui sont modernes, qui sont plus verts et qui sont plus adaptés d'un point de vue technologique », a-t-elle déclaré.

« Ultimement, en tant que ministre du Patrimoine, ce que je demande à toutes mes agences gouvernementales, incluant CBC/Radio-Canada, c'est que le processus soit ouvert et transparent », a conclu la ministre Joly.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?