Retour

Rainette menacées : un juge ordonne l'arrêt de travaux à La Prairie

Un tribunal a ordonné la suspension d'un vaste chantier résidentiel à La Prairie, en banlieue de Montréal, qui détruirait l'habitat de la rainette faux-grillon, classée espèce en péril au même titre que le béluga.

Les groupes environnementaux Nature Québec et le Centre québécois du droit de l'environnement (CQDE) avaient déposé une troisième demande d'injonction en trois semaines pour obtenir l'arrêt des travaux du promoteur Quintcap.

Après deux tentatives infructueuses devant la Cour fédérale, ils ont cette fois été entendus par la Cour supérieure du Québec et ont obtenu gain de cause.

Fin juin, la Cour fédérale avait sévèrement blâmé la ministre fédérale de l'Environnement, Leona Aglukkaq, pour son inaction dans le dossier de la rainette faux-grillon. Le juge lui reproche d'avoir ignoré l'avis scientifique de ses propres fonctionnaires en refusant d'adopter un décret d'urgence pour protéger l'espèce en péril à La Prairie.

L'injonction vise à maintenir le statu quo en attendant que la ministre « reconsidère si elle recommandera un décret d'urgence à la lumière des motifs du jugement »,  lit-on dans un communiqué du CQDE publié vendredi.

Le jugement  « prévoit spécifiquement qu'elle doit permettre aux parties intéressées de présenter des preuves et des arguments avant qu'une nouvelle décision soit prise dans cette affaire », ajoute le groupe. Le CQDE précise avoir fourni une « preuve scientifique volumineuse » à la ministre.

L'injonction est valide jusqu'au 17 août prochain.

La rainette faux-grillon, qui a le statut d'espèce en péril, a perdu 37 % de ses individus du Québec au cours des 10 dernières années. En Montérégie, au cours des 60 dernières années, l'espèce a disparu à 90 % en raison de l'étalement urbain et de la modification des pratiques agricoles.

Plus d'articles

Commentaires