Retour

Randy Tshilumba accusé du meurtre prémédité de Clémence Beaulieu-Patry

L'homme arrêté mardi soir pour le meurtre d'une employée d'un supermarché Maxi du quartier Saint-Michel a comparu devant la justice, mercredi. Il s'agit de Randy Tshilumba, 19 ans. Il est accusé de meurtre prémédité et reviendra en cour le 27 avril prochain.

Le jeune homme n'affichait aucune émotion lors de sa comparution devant le tribunal. Quatre constables l'entouraient.

Après avoir été accusé formellement, il a repris le chemin des cellules. Il demeurera incarcéré pour la suite des procédures.

De nombreuses informations de citoyens

Les nombreuses informations fournies par des citoyens à la suite de la diffusion d'images du suspect, tirées des caméras de surveillance du supermarché, ont conduit les enquêteurs à la rue Davidson, dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve.

Les policiers ont procédé à l'arrestation de Randy Tshilumba sans qu'il oppose la moindre résistance.

Selon des informations obtenues par la journaliste Karine Bastien, Tshilumba et la victime, Clémence Beaulieu-Patry, ont fréquenté la même école secondaire. Ils n'ont toutefois jamais entretenu de liaison amoureuse. Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) confirme qu'il y a un lien entre les deux, sans en révéler la nature.

« Il y aurait un lien entre la victime et l'agresseur, a révélé le porte-parole du SPVM, Abdullah Emran. Les détails de ce lien, on devrait les connaître au courant de la journée ou sous peu. »

Malgré la mauvaise qualité des images diffusées, le SPVM a reçu quelque 80 informations des citoyens. Une collaboration impressionnante, de l'aveu même de la police, qui a permis aux enquêteurs de reconstituer le chemin emprunté par le suspect après le meurtre.

Les policiers se sont rendus à l'épicerie Maxi pour rassurer les employés de l'endroit, puisque plusieurs craignaient que leur collègue ait été victime d'une agression commise au hasard.

Clémence Beaulieu-Patry est devenue la deuxième victime de meurtre sur le territoire du SPVM depuis le début de l'année.

Émotion parmi les proches

Plusieurs amis de la victime ont assisté, en silence, à la comparution de l'accusé, mercredi après-midi. Ils étaient visiblement émus. Certains pleuraient.

Deux amis du conjoint de la victime, prénommé Mathieu, demeurent traumatisés par cette sordide affaire.

« Elle était toujours en train de sourire, pour vrai », affirme Louis Bernard. « Avec Mathieu, ils allaient tellement bien ensemble. C'était l'amie de tout le monde. Tout le monde la connaissait. »

« Ce jeune homme-là n'a pas juste enlevé la vie d'une personne; il a enlevé la vie d'une personne et demie, quasiment. Il est parti avec la moitié de Mathieu », se désole Gabriel-Shawan Raymond Ponce. « C'est ça qui fesse. Ça choque. Ça brûle en dedans de nous, ça brûle en dedans de tout le monde. »

Des témoins sous le choc

Le meurtrier de la jeune femme est entré dans le supermarché Maxi & Cie vers 20 h 30, dimanche soir, avant de se rendre dans le département des vêtements où travaillait la victime. Il l'aurait poignardée à plusieurs reprises au cou, sous les yeux de dizaines de clients et d'employés du supermarché.

« Je n'ai pas vu exactement quand le suspect a agressé la victime », raconte une témoin de la scène. « Par contre, je l'ai vu se relever avec son couteau. Il est parti en courant, il est passé à deux pouces de moi. Ensuite, je me suis retourné. Il y avait la victime sur le sol, et le sang a commencé à couler partout. »

« Tout le monde était vraiment sous le choc. Ça s'est passé rapidement, dans le temps de le dire. Personne n'a été capable de le rattraper. Il est parti à toute vitesse. Puis, on ne l'a plus retrouvé », poursuit la jeune femme.

« C'est moi qui a appelé les secours, et ça a pris, je dirais, trois minutes. Les secours sont arrivés, mais il n'y avait plus grand-chose à faire. Elle était tellement blessée... »

La jeune femme accueille avec soulagement l'arrestation et l'inculpation d'un suspect dans cette affaire. « C'est rassurant, d'une part pour ma sécurité, la sécurité de ceux qui étaient sur place et de tout le monde à Montréal », dit-elle. « La justice fait son travail. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine