Retour

Rebâtir sa vie après avoir tout perdu dans les flammes

Une vingtaine de familles de Longueuil doivent repartir à zéro à la suite de l'incendie qui a détruit leur immeuble le vendredi 13 mai. Rencontre avec l'une de ces familles. 

Un texte de Anne-Louise Despatie

Depuis vendredi, la Croix-Rouge a soutenu une soixantaine de personnes, dont 17 enfants. Ils ont été nourris, habillés et hébergés quelques nuits à l'hôtel. Mais ils doivent maintenant refaire leur nid.

C'est le cas de Mélodie Parsons, Gilles St-Germain-Biron et leurs trois enfants. Ils ont été sauvés par les pompiers sur leur balcon du deuxième étage et vivent une montagne russe d'émotions depuis.

Ils ont tout perdu, mais les enfants de 6, 7 et 10 ans plongent les 2 parents dans l'action, parce qu'il y a beaucoup à faire. « J'ai l'aide sociale et il faut que j'aille porter de la paperasse un peu partout, voir avec les HLM et tout le tralala. Nous autres, on a eu notre logement, mais ce n'est pas le cas pour tous les autres locataires », constate Gilles St-Germain-Biron

Ils s'estiment chanceux d'avoir trouvé rapidement un logement abordable. Et grâce à la générosité des gens, ils ont de quoi commencer à meubler leur cinq et demie.

Leurs familles tricotées serrées ont vite fait appel à la générosité de différents commerces et employeurs.

« On n'a rien acheté encore. Nos familles attendent et nous disent : "qu'est-ce qui vous manque, on va vous le chercher". Vraiment, je suis chanceuse d'être bien entourée [...], malgré notre malchance qu'on a eue », explique Mélodie Parsons, qui a bien l'intention d'aider d'autres locataires à son tour, dès qu'ils auront comblé leurs besoins de base.

La routine des enfants et le deuil des souvenirs

Les enfants sont retournés à l'école dès lundi. Le personnel est attentif et compréhensif. « Ils ont offert de l'aide psychologique aux enfants s'ils en ont besoin. Pour nous, l'important c'est surtout de se concentrer sur la famille. Ce n'est pas physiquement qu'on est atteint, c'est surtout mentalement », souligne Mme Parsons.

La routine scolaire est salvatrice pour les enfants. Zakary, l'aîné, est heureux de savoir que le nouveau logement le rapproche de son meilleur ami. « J'étais content de voir mes amis et ils m'ont donné plein de vêtements. Mais je me sens encore bouleversé d'avoir perdu tout ce que j'avais dans ma chambre », admet Zachary Mandanice-Biron.

Sa mère croit qu'il n'a pas encore réalisé qu'il ne retrouvera plus son précieux chandail du Canadien, signé par son idole, PK Subban. Même s'il n'y a plus de souvenirs tangibles dans leur vie, les parents se hâtent d'aménager les deux chambres des enfants pour retrouver une vie plus normale.

« Nous entrons dans notre nouveau logement le jour de mon anniversaire et de notre anniversaire de mariage. Ce sont de beaux événements qui se sont produits dans nos vies », explique Mme Parsons.

La Ville de Longueuil a mandaté deux organismes communautaires, le Tremplin et l'Entraide Chez nous, pour recueillir les dons. Les meubles et les vêtements s'accumulent vite. Mais les locataires de l'immeuble détruit ne se réinstallent pas tous au même rythme. Ce sera plus long pour certains et des dons en argent seront utiles.

L'enquête n'a pas encore permis de déterminer la cause de l'incendie qui a coûté la vie à trois des locataires. Des fleurs ont d'ailleurs été déposées pour les trois personnes qui ont perdu la vie.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine