Retour

Réforme de la gouvernance : la CSDM et la English Montreal seront consultées

Après avoir refusé de les inviter, Québec convie finalement la Commission scolaire de Montréal (CSDM) et la commission scolaire anglophone English Montreal (EMSB) aux consultations qu'il tiendra sur la réforme de la gouvernance de ces institutions, a appris Radio-Canada.  

La décision du ministre de l'Éducation François Blais, l'an dernier, d'abolir les élections scolaires a provoqué la colère du réseau des commissions scolaires.

Après le dépôt en décembre de son projet de loi à l'Assemblée nationale, Québec a néanmoins choisi de créer une commission parlementaire particulière sur le sujet, ce qui signifie que seules les parties invitées ont le droit de se faire entendre. 

Or, la CSDM et la EMSB, les deux plus grosses commissions scolaires du côté francophone et anglophone, ne se sont pas retrouvées sur la liste des invités.

Mécontentes, elles ont fait pression auprès de Québec pour se faire entendre. Le gouvernement avançait de son côté que la CSDM et la EMSB seraient représentées lors des consultations par la Fédération des commissions scolaires du Québec et l'Association des commissions scolaires anglophones du Québec.

Mais maintenant que Québec a changé son fusil d'épaule, il entend inviter en contrepartie des représentants d'autres groupes concernés par la réforme de la gouvernance, comme des comités de parents, par exemple.

En tout, une cinquantaine de groupes ou d'individus seront entendus lors des consultations, qui commenceront à la fin du mois de janvier. L'Union des municipalités du Québec, l'Association québécoise des cadres scolaires et la Fédération des chambres de commerce du Québec font notamment partie des invités. 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine