Retour

REM : le Parti québécois incapable d'obtenir le coût des mesures de mitigation

L'opposition officielle a tenté de savoir vendredi quels seront les coûts totaux des mesures de mitigation durant la construction du Réseau express métropolitain (REM) de la Caisse de dépôt et placement du Québec. Sans succès.

Le gouvernement Couillard doit assumer le tiers de ces coûts, mais le Parti québécois n'a pas pu obtenir d'évaluation du ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports, André Fortin, vendredi matin, à la commission des transports et de l'environnement de l'Assemblée nationale.

L'immense chantier du REM a été lancé à la mi-avril à Montréal. Par conséquent, des perturbations et des interruptions de service sont à prévoir au cours des prochaines années, notamment sur la ligne actuelle de train de banlieue de Montréal-Deux-Montagnes, qui sera démantelée graduellement pour être remplacée par le train léger automatisé de la Caisse.

Des mesures de mitigation, comme du transport par autobus vers des stations de métro, ont déjà été mises en place pour les passagers de cette ligne qui ne fonctionne plus les fins de semaine.

L'opposition cherche à obtenir des estimations sur le coût de l'ensemble des mesures palliatives à prévoir durant le chantier du REM, puisque la Caisse en finance seulement le tiers, le gouvernement un autre tiers, tandis que le dernier tiers revient à l'Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM).

Cependant, le député péquiste de Sanguinet, Alain Therrien, n'a pas été en mesure d'obtenir une réponse du ministre André Fortin.

« Combien ça va coûter au total la mitigation? Il [le ministre] n'a aucune idée! On va être obligés d'acheter des autobus. Aucune réponse possible, il n'a même pas prononcé le mot mitigation, même pas un tiers, zéro! », s'est insurgé le député.

L'ARTM a prévu 15 millions pour 2018

Le programme des immobilisations 2018-2027 de l'ARTM, récemment approuvé par la Communauté métropolitaine de Montréal, a provisionné 15 millions de dollars pour financer les mesures d'atténuation liées aux chantiers du REM en 2018.

Il ne faudrait toutefois pas en conclure, comme pourrait le laisser croire le calcul des trois tiers, que ces mesures coûteront 45 millions cette année, a expliqué vendredi la porte-parole de l'ARTM, Fanny Saint-Pierre, puisque les coûts découleront des mesures de mitigation qui seront mises en place.

Or, ces mesures n'ont pas encore été officiellement adoptées. Une annonce est d'ailleurs prévue à la fin du mois de mai dans le cas de la ligne de trains de banlieue Montréal-Deux-Montagnes.

« Les mesures d'atténuation visent à maintenir la capacité d'exploitation pendant la construction du REM afin de conserver l'achalandage actuel en transport collectif et pourraient être, par exemple, la mise en place de stationnements incitatifs, de voies réservées et de bretelles d'accès autoroutier », peut-on lire dans le programme des immobilisations.

Jusqu'ici, l'ARTM s'est contentée d'offrir une carte « OPUS week-end illimité » mutlimois pour permettre aux détenteurs de titres mensuels TRAIN d'utiliser gratuitement le bus et le métro pour se déplacer les fins de semaine. Elle estime que cette mesure la privera au maximum de 250 000 $ en revenus.

L'Autorité a également mis en vente un titre « week-end illimité » au coût de 13,75 $ pour les utilisateurs occasionnels.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un homme danse sur le toit de sa voiture





Rabais de la semaine