Saphir Taïder n'a pas le don d'ubiquité. Et quand il essaie tout de même d'être partout en même temps, il est normal qu'il ne soit pas au sommet de sa forme.

Un texte de Simon Cremer

C’est grosso modo comment l’entraîneur-chef Rémi Garde a expliqué, pour ne pas dire excusé, la controverse entourant le milieu de terrain de l’Impact de Montréal.

À la fin du mois de mars, l’Algérien avait rejoint son équipe nationale en vue d’un match contre la Tanzanie et un autre contre l’Iran. Le sélectionneur Rabah Madjer ne l’a pas fait jouer, sous prétexte qu’il n’était pas en forme.

Taïder, qui avait pourtant été sélectionné dans le onze de la semaine de la MLS avant de prendre l’avion, a demandé à Madjer de ne plus le convoquer.

« Saphir a fait plus d’heures d’avion que d’entraînement ces derniers jours, a dit Garde. On ne peut pas attendre de miracles à ce niveau-là. Même si ce sont des joueurs en pleine force de l’âge, il y a quand même des critères physiologiques qu’on ne peut pas écarter.

« Quand on ne s’entraîne pas correctement – non pas qu’il ne s’est pas entraîné correctement, mais il n’a pas pu – c’était plus difficile d’avoir la même intensité, la même lucidité dans ses courses.

« Saphir travaille très bien ici et je suis très content de l’avoir. »

Taïder n'a pas parlé aux médias mardi.

Encore place à l'amélioration

Des victoires contre les champions et finalistes en titre de la MLS, c'est bien. Mais Garde, son équipe peut encore faire mieux.

« La première mi-temps était très intéressante, a reconnu Garde avant l’entraînement de l’Impact de Montréal mardi. La deuxième était insuffisante par rapport à ce qu’on peut faire, surtout par rapport à ce qu’il faudra faire pour maintenir ce genre de résultat.

« L’équipe progresse, le groupe progresse. On a encore beaucoup de travail à faire. Je l’ai dit aux joueurs : ils ont besoin individuellement d’apporter leur contribution pour que le collectif reste à ce niveau.

« On n’a pas une énorme marge de manœuvre. Si, dans l’équipe, il y a un ou deux ou trois joueurs qui ont une baisse de niveau, on se met à la portée de l’adversaire. »

Le milieu de terrain Samuel Piette a voulu éviter de tirer des conclusions intempestives. « Toronto, c’est la meilleure équipe dans la ligue selon moi. Seattle a très bien fait l’an dernier… Ils ont mal commencé et ils ont gagné le titre. Les débuts de saison, ça ne veut pas tout dire.

Le prochain match des Montréalais sera vendredi soir à Foxborough, contre le Revolution de la Nouvelle-Angleterre.

Les Bostonnais (2-1-1) ont un point d’avance sur l’Impact (2-0-2). « On a fait deux très bons résultats, mais si on se fait planter en Nouvelle-Angleterre, c’est ça que les gens vont retenir », a dit Piette.

Donadel ratera « des semaines »

Marco Donadel n’a pas joué son dernier match avec l’Impact, à en croire Garde.

Le milieu de terrain a été placé sur la liste des blessés avant le match de samedi, ce qui a libéré une place de joueur international pour le défenseur central Rudy Camacho.

L'entraîneur français a indiqué que l’Italien souffre d’une blessure musculaire « assez importante » et qu’il ratera « des semaines » d’activité.

Si Donadel revient au jeu, le Bleu-blanc-noir devra acquérir une autre place de joueur international, soit en libérant un joueur actif ou en effectuant un échange.

Plus d'articles