Après une semaine mouvementée, l'entraîneur-chef Rémi Garde a mis fin aux dernières vagues potentielles découlant des critiques formulées à l'endroit de ses joueurs. Son attention est maintenant tournée vers le Revolution de la Nouvelle-Angleterre et l'occasion de remporter une première victoire en plus d'un mois.

Tel un bon père de famille, Rémi Garde souhaite tirer le meilleur de ses joueurs, et c’est ce qu’il a exprimé un peu plus tôt cette semaine. Ce que certains ont considéré comme une « crise », l’entraîneur l’a plutôt perçu comme un léger recadrage nécessaire à cette période de la saison.

« C’est comme quand votre enfant fait une bêtise, vous ne lui dites pas que vous ne l’aimez pas, car ça peut faire des ravages, mais plutôt que vous n’avez pas apprécié ce qu’il a fait. »

La nuance est importante, et il n’a pas digéré le travail d’un journaliste anglophone qui a, prétend-il, déformé ses propos.

S’imposer à la maison

De l’avis du gardien Evan Bush, l’Impact de Montréal a trop souvent subi les foudres de ses adversaires lors des huit premiers matchs de la saison. Sur la route pour six d’entre eux, le club montréalais aurait perdu son identité devant les foules adverses.

Lors de la dernière défaite contre Atlanta (4-1), l’Impact n’a eu possession du ballon que 27 % du temps, une statistique éloquente compte tenu du nombre de chances générées par son adversaire.

Le gardien de l’Impact souhaite que son équipe retrouve son identité pour en imposer davantage jusqu’à la fin de la saison.

Lors du premier affrontement contre le Revolution, en Nouvelle-Angleterre, l’Impact s’était incliné 4 à 0 après s’être défendu à 10 joueurs pendant plus de 77 minutes en raison d’un carton rouge décerné à Saphir Taïder.

Malgré le contexte de ce match, le gardien se souvient de quelques bonnes actions et il aimerait que ses coéquipiers dictent le rythme lorsque son prochain adversaire foulera la pelouse du stade Saputo, samedi après-midi.

Le club pourra souffler un peu alors que trois de ses prochains matchs seront à la maison.

Fanni retrouve la forme

Absent contre Atlanta et Los Angeles, le défenseur Rod Fanni a bon espoir de retrouver le terrain contre la Nouvelle-Angleterre, samedi.

« Le staff médical a fait du très bon travail, s’est réjoui Rémi Garde. On sait que Rod a été important lorsqu’il a pu jouer à 100 % de ses moyens. C’est effectivement bien de voir que plus le match se rapproche, ses sensations sont bonnes. »

Fanni est un rouage important de la défense montréalaise. Le défenseur était sur le terrain pour les deux victoires de son équipe cette saison.

Resté loin des commentaires entourant les insuccès de l’équipe, l’ancien de l’Olympique de Marseille refuse d’utiliser les cartons rouges et l’arbitrage comme excuse. « Ce n’est pas en se cachant derrière ça qu’on progresse, lance le Français. Il faut qu’on travaille. »

À ce sujet, Rémi Garde a rencontré le directeur des arbitres de la MLS, Howard Webb, de passage à Montréal cette semaine. Malgré quelques désaccords, Rémi Garde a parlé de discussions « constructives » entre les deux hommes.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les glucides mettent-ils notre santé en jeu?





Rabais de la semaine