Retour

Rigaud recevra l'aide financière du gouvernement

L'effet des précipitations abondantes continue de se faire sentir à Rigaud, où 343 résidences ont été touchées par la crue de la rivière des Outaouais. Le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, est allé à la rencontre des sinistrés vendredi et leur a appris qu'une aide financière leur sera accordée.

Ce programme d'aide financière instauré par la Sécurité publique permet de faire réparer des dommages subis par des résidences principales et des infrastructures municipales essentielles.

Il prévoit aussi des indemnisations aux municipalités pour les dépenses additionnelles engagées pour des mesures préventives, d'intervention ou de rétablissement.

Certains partent, d'autres restent chez eux

Les maisons touchées, principalement dans les secteurs de Pointe-Séguin, Rigaud-sur-le-Lac, Pointe-à-la-Raquette et Baie de Rigaud, ne sont pas toutes inondées. Certaines sont simplement isolées ou difficiles d’accès parce que les routes qui y mènent sont submergées. Quelques routes et résidences sont aussi inondées ou menacées de l’être à L’Île-Cadieux, Pointe-Fortune et Terrasse-Vaudreuil.

Selon la Municipalité, qui a décrété l’état d’urgence jeudi, beaucoup de résidents ont quitté les lieux de leur propre gré, mais une vingtaine d’autres ont dû être relogés. Les propriétaires de plus d’une centaine de résidences sont restés chez eux pour veiller à la protection de leurs biens.

Pour l'instant, aucune évacuation n'a été forcée, mais des agents de la Sécurité du Québec (SQ) ont fait du porte-à-porte afin d'inciter les résidents à trouver refuge chez un proche ou dans un hôtel.

« Le beau temps s'en vient, ça va s'améliorer, mais faut pas prendre de chance avec ça », a conseillé le ministre Martin Coiteux, qui recommande aux habitants de 470 résidences de quitter leur domicile.

Les pompiers, la SQ et les autorités municipales sont mobilisés pour veiller à la sécurité des lieux que les résidents se résignent à laisser, a expliqué M. Coiteux.

Le pire sera sans doute évité

La Ville de Rigaud, qui n'a jamais eu à gérer une situation de cette ampleur, s’est dite « ravie du bon déroulement des opérations des derniers jours ». Vendredi, elle affirmait par communiqué que la situation s’était maintenant stabilisée.« La majorité des citoyens touchés par les inondations ont très bien réagi et ont su rapidement prendre leur situation en main », a salué l'administration.

Selon Pierre Corbin, directeur des opérations à Hydro Météo, le fait que les précipitations à venir s’annoncent intermittentes permettrait d’éviter le pire. « On est rendu au point où ça prend de très grosses quantités pour faire varier les niveaux d’eau », constate-t-il.

« L’eau est montée quand même pas mal, mais il reste encore de l’espoir ici », expliquait vendredi matin un résident, Ante Kumanovic. « On a tout le temps voulu une résidence au bord de l’eau, on est servi ici! », philosophe-t-il.

Le maire de Rigaud, Hans Gruenwald fils, assure que la Municipalité a tout mis en œuvre pour venir en aide aux sinistrés. Il reconnaît toutefois que la fatigue s'installe chez certains.

Dès samedi, des membres de la SQ et des pompiers doivent se rendre à la rencontre des citoyens qui ont décidé de rester sur place afin de leur venir en aide.La Ville de Rigaud s’est dite inquiète de la contamination de l’eau des puits privés, l’un des risques associés aux inondations en zone urbaine, et a invité la population à consommer de l’eau embouteillée tant et aussi longtemps que le problème de crue ne sera pas réglé.

D'autres rivières sous haute surveillance

Thomas Blanchet, porte-parole pour la sécurité civile au ministère de la Sécurité publique, explique que les autorités surveillent également le niveau de l'eau du lac des Deux-Montagnes, mais aussi des rivières Gatineau, des Mille Îles et des Prairies, qui a monté au cours des dernières semaines.

« Les précipitations continues ont fait en sorte que ces rivières montent un peu en escalier. Ce qu’on attend encore en fin de semaine risque de faire remonter les eaux. Pour les municipalités riveraines de ces rivières-là, il y a un risque de débordement », souligne-t-il.

Dans Lanaudière, une centaine de résidences de Mandeville ont été isolées par la crue de la rivière Mastigouche, alors qu'à l'île Dupas, c'est le fleuve Saint-Laurent qui a isolé une vingtaine de maisons.Des résidences des Laurentides ont été inondées ou isolées et des chemins sont inaccessibles dans les municipalités de Deux-Montagnes, Harrington, Kanesatake, Pointe-Calumet, Prévost, Saint-André-d'Argenteuil, Saint-Joseph-du-Lac, Sainte-Marthe-sur-le-Lac et Val-Morin. Plus évacuations ont été rapportées dans cette région.Les centres urbains ne sont pas épargnés : dans la région de Montréal, la rivière des Prairies a inondé 18 résidences sur l'île Mercier et les secteurs de l'Île-Bizard-Sainte-Geneviève, d'Ahuntsic-Cartierville et de Pierrefonds-Roxboro sont également touchés.

En date de jeudi, 72 municipalités avaient été rendues admissibles au Programme général d'aide financière lors de sinistres réels ou imminents par le ministère de la Sécurité publique.

Plus d'articles

Commentaires