Retour

Saint-Jérôme : sept ans de prison pour une ex-gestionnaire correctionnelle

Une peine de sept ans de prison attend Jackie Simard, 44 ans, ancienne gestionnaire des renseignements sécuritaires à l'Établissement de détention Saint-Jérôme, qui a notamment été reconnue coupable d'abus de confiance, de corruption et de trafic de drogue.

Un texte de Pasquale Harrison-Julien

La preuve présentée était accablante pour l'accusée, car elle a tenté par deux fois de faciliter l'organisation d'un trafic de drogue dans deux établissements carcéraux.

La première fois, en 2014, elle était employée à la prison de Saint-Jérôme et entretenait une relation amoureuse avec un détenu, Mario Bérubé. Une enquête a révélé que l'employée avait participé avec le détenu et des complices à une vingtaine d'opérations criminelles pour faire entrer dans l'établissement des substances comme du hachisch, du tabac, de la cocaïne, du fentanyl, des cellulaires et de l'argent. Jackie Simard a été arrêtée, puis remise en liberté en attendant son procès.

C'est pendant cette période que l'accusée s'est livrée à d'autres activités criminelles avec Mario Bérubé, transféré à l'établissement de Donnacona. Avec des complices, elle a fait parvenir au détenu, le 25 février 2016, 21 grammes de hachisch et des timbres de Nicoderm. Le paquet a été saisi par les autorités.

Jackie Simard a été arrêtée de nouveau. Se sont ajoutées des accusations pour ne pas avoir respecté ses conditions de libération - soit avoir contacté ses complices - et pour avoir utilisé un téléphone non autorisé.

Lorsqu'il s'est adressé au juge, l'avocat de Jackie Simard, Guy Poupart, a avoué avoir été surpris lorsqu'il a appris la seconde arrestation de sa cliente.

La Couronne et la défense se sont entendues sur la peine de sept ans de prison, qu'ils ont présentée au juge Michel Belhumeur.

Le magistrat l'a acceptée, en plus de retrancher quatre mois d'emprisonnement préventif à la peine de Jackie Simard. Elle est incarcérée à l'établissement Leclerc, reconnu pour sa vétusté. La détenue doit passer la majeure partie de sa journée isolée, en raison de ses anciennes fonctions à Saint-Jérôme.

Plus d'articles

Commentaires