Retour

Séries éliminatoires de la LNH : un trophée pour les héros d’un jour?

BILLET - J'étais bien content qu'on remette le trophée Conn-Smythe à Alex Ovechkin après la victoire des Capitals en finale de la Coupe Stanley. Evgeny Kuznetsov aurait été un candidat aussi valable. Mais il n'y a qu'un trophée.

Cependant, comme tous les ans, je me suis dit qu'un autre trophée pourrait récompenser chaque année un héros plus obscur, un joueur qui, le temps d'un printemps, a élevé son jeu pour faire une différence.

Claude Lemieux est un bon exemple de ces joueurs qui trouvaient le moyen de briller en séries. Mais on l’a récompensé. On lui a remis le Conn-Smythe en 1995.

Jean-Sébastien Giguère appartient à une autre catégorie. Il a eu une belle carrière, mais c’est surtout le temps d’un printemps qu’il a été le meilleur gardien de la planète.Là aussi, ça s’est traduit par un Conn-Smythe, en 2003.

Le trophée Bob Nystrom?

Dans d’autres cas, l’éclosion a été plus soudaine et surtout plus brève.

Par exemple, vous souvenez-vous de Bob Nystrom? Cet ailier convenable, mais sans plus, avait connu un printemps phénoménal en 1980. Il avait amassé 9 buts et 18 points en 20 rencontres, un taux de succès nettement supérieur à celui qu’il a maintenu au cours de sa carrière.

En point d’orgue, il avait couronné ses séries en marquant le but vainqueur en prolongation lors du dernier match de la finale pour donner aux Islanders de New York la première de quatre coupes consécutives.

Pour les amateurs de hockey de ma génération, il a longtemps représenté l’image parfaite du héros obscur.

C’est Bryan Trottier qui avait reçu le Conn-Smythe en 1980. Il le méritait. Rien à redire. Mais ç’aurait été bien qu’il existe un second trophée pour récompenser la performance de Nystrom et, à travers lui, l’effort des humbles.

Lars Eller

L’ancien centre du Canadien a joué le hockey de sa vie dans les séries qui viennent de se terminer. Il a écopé de quelques mauvaises pénalités ici et là. Mais il a brillé au cercle des mises en jeu, obtenu 7 buts et 18 points en 24 matchs. Et surtout, il a marqué le but vainqueur de la finale. Un bon candidat pour le « trophée de l’ombre ».

Et Maxime Talbot?

En 2009, Maxime Talbot est sorti de son rôle de joueur efficace, mais effacé, pour marquer huit buts en séries et aider les Penguins de Pittsburgh à remporter la coupe.

Il a marqué trois de ces buts dans la finale. Mieux, il a inscrit les deux buts de son équipe dans le septième match de la finale, un gain de 2 à 1 sur les Red Wings de Détroit. Lui aussi aurait pu graver son nom sur le « trophée de l’ombre ».

Patrick Hornqvist

Personne n’a protesté quand on a remis le Conn-Smythe à Sidney Crosby après la finale de l’an dernier. Avec 5 buts et 9 points en 19 matchs, le nom de Patrick Hornqvist ne devait même pas apparaître sur le bulletin de vote. Mais il a marqué le but vainqueur de la finale avec moins de deux minutes à jouer au sixième match.

C’était la première fois qu’un tout dernier choix au repêchage (il a été sélectionné au 230e et dernier rang par Nashville en 2005) marquait le but vainqueur de la finale. Et contre l’équipe qui l’avait repêché en plus!

Esa Tikkanen

Ce trophée de l’ombre permettrait aussi de compenser certaines injustices.

La plus flagrante? Celle faite à Esa Tikkanen des Oilers d’Edmonton en 1990. Pour le Conn-Smythe, on lui avait préféré le gardien Bill Ranford. Bon, Ranford avait été excellent dans la conquête de la coupe, mais avec une moyenne d’efficacité de ,912 et une moyenne de buts accordés de 2,53. On parle de bons chiffres ici, mais pas de chiffres extraordinaires.

Pendant ce temps, Esa Tikkanen avait agi comme centre défensif des Oilers. Il avait tour à tour contré Dale Hawerchuk (Winnipeg), Wayne Gretzky (Los Angeles), Denis Savard (Chicago) et Adam Oates (Boston) pour aider les Oilers à remporter la coupe.

Chemin faisant, mine de rien, il avait aussi amassé 24 points, dont 13 buts. Onze de ces buts avaient été obtenus à forces égales. Hey! Belle récolte! Et avez-vous besoin de relire la liste des centres qu’on lui demandait de réduire au silence?

Il est l’archétype du joueur pour qui on devrait créer ce trophée de l’ombre.

Et on trouvera bien le moyen de lui donner un nom.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Regardez la réaction de cette fille!





Rabais de la semaine