Retour

Shapovalov s'offre Nadal et avance en quarts de finale à la Coupe Rogers

La jeune sensation Denis Shapovalov a poursuivi son parcours de rêve avec une victoire en trois manches de 3-6, 6-4 et 7-6 (7/4) sur le Majorquin Rafael Nadal à la Coupe Rogers, jeudi soir, à Montréal.

Soutenu par un public qui n'a jamais cessé de l'appuyer et qui semble l'avoir adopté au point de prononcer son prénom à la française, Shapovalov n'a montré absolument aucun complexe face à une légende vivante du tennis masculin sur le court central.

En maintes occasions, Shapovalov a affiché le cran insoupçonné d'un blanc-bec de 18 ans. La 143e raquette mondiale disputait seulement son 13e match chez les professionnels contre un adversaire qui a collectionné 15 titres du grand chelem.

Ce cran, il l'a montré en deuxième manche. Il a brisé le service de Nadal dès le deuxième jeu après avoir perdu de façon crève-coeur la première manche.

Il l'a montré encore plus lors d'un spectaculaire jeu de 14 minutes 30 secondes en troisième manche, marqué par 10 passages à égalité, et que Shapovalov a arraché pour se donner une avance de 2-1, non sans sauver trois balles de bris.

Et il l'a étalé en toutes sortes d'autres circonstances grâce à de puissants services, certains étant mesurés à près de 215 km / h, et avec d'audacieux coups gagnants près des lignes, tant du coup droit que du revers. Il a ainsi inscrit 49 coups gagnants contre seulement 18 pour Nadal. Il a également réussi neuf as.

Sa ténacité et son acharnement lui ont rapporté dans le bris d'égalité. Il a comblé un retard de 0-3. Shapovalov a mis fin au match avec un coup droit en parallèle avant de se laisser choir sur le dos.

« C'est ma pire défaite de la saison parce qu'elle survient contre un joueur classé bas, et à cause de la chance que j'avais de redevenir le no 1 mondial ici. C'est une mauvaise défaite, je dois l'accepter et continuer de travailler », a déclaré Nadal, qui a rencontré les médias quelques minutes seulement après son élimination.

Invité à comparer Shapovalov à lui au même âge, l'Espagnol n'a pas voulu s'aventurer sur ce territoire. Mais il s'est tout de même montré élogieux.

« Il a bien joué, il possède un très grand potentiel et je lui souhaite ce qu'il y a de mieux. Il a tout pour devenir un grand joueur. Il affiche la bonne détermination aux bons moments. Mais on ne peut comparer. Laissons-le avoir sa carrière, et ne le comparons pas aux autres. Ça ne sera probablement pas bon pour lui. J'ai fait mon chemin. Laissons-le faire le sien. »

Shapovalov rencontrera maintenant le Français Adrian Mannarino. Tombeur du Canadien Milos Raonic mercredi soir, Mannarino a continué son parcours avec un gain en deux manches identiques de 6-3 sur Hyeon Chung, un Sud-Coréen de 21 ans.

Federer en quarts de finale pour une 8e fois

Roger Federer a remporté son match de troisième tour 4-6, 6-4 et 6-2 contre l'Espagnol David Ferrer.

Erratique par moments, surtout en première moitié de l'affrontement, la deuxième tête de série est néanmoins parvenue à arracher une 17e victoire en 17 duels contre Ferrer.

Selon les données que possède l'ATP, la seule dominance semblable au tennis masculin appartient au Tchèque Ivan Lendl, qui a battu l'Américain Tim Mayotte 17 fois en 17 rendez-vous entre 1980 et 1990.

Mais aussi impressionnante se veut cette statistique, le Suisse ne s'en est nullement glorifié après le match. En fait, il s'est montré empathique à l'endroit d'un joueur qu'il dit tenir en haute estime.

« À un moment donné, il y avait plein de matchs serrés, qui sont toujours partis de mon côté. Ça devient mental pour lui, et moi j'ai la confiance [...] Le 17-0, c'est un peu ridicule parce que c'est tellement un bon joueur, David. J'ai énormément de respect pour lui comme personne, il est vraiment très sympa. En plus, c'est un énorme guerrier sur le terrain. »

Lent départ

Dans les quatre premiers jeux de la manche initiale, on avait l'impression que Ferrer était celui qui présentait une fiche immaculée contre Federer plutôt que l'inverse.

À ses deux premières présences au service, l'Espagno n'a perdu qu'un point pendant qu'il se donnait sept chances de bris dans les deux premiers tours de son adversaire.

La septième s'est avérée la bonne. Federer a envoyé dans le filet une balle qui avait été retournée à ses pieds sur la ligne de fond.

Dès lors, l'homme aux 19 titres du grand chelem, qui a réussi 12 as, a commencé à mieux servir et à menacer le service de son rival. Il a ramené le match à service égal lors du neuvième jeu avant de voir Ferrer lui ravir la première manche à la suite de trois erreurs d'affilée de l'Helvète dans le jeu subséquent.

Federer a amorcé la deuxième manche avec un bris, mais a perdu cet avantage au quatrième jeu après une double faute. Aidé par un brillant retour de service, Federer a récupéré ce bris au cinquième jeu et a clos la manche après 35 minutes grâce à un superbe coup droit en parallèle.

Tout comme dans la deuxième manche, Federer a brisé d'entrée de jeu en troisième manche et a su résister aux vaillantes attaques du coriace Espagnol pour prolonger sa séquence de succès au bout de 1 heure 56 minutes d'efforts.

« J'ai commencé à mieux jouer à la fin de la première manche, a analysé Federer. Il menait 5-2, je suis revenu à 5-4, j'avais deux balles de jeu pour faire 5 partout et ça m'a déjà montré que ça allait mieux. J'ai tout de suite brisé au début du deuxième. C'était une bonne phase. Mais il y a quand même eu de la frustration parce qu'il a brisé à son tour. Au début du 3e, il a fait un mauvais jeu pour me donner le bris qui, pour finir, lui coûte le match. Il m'a certainement un peu aidé à la fin. »

Alexander Zverev élimine facilement Nick Kyrgios

L'Allemand Alexander Zverev s'est également taillé une place en quarts de finale grâce à une victoire de 6-4 et 6-3 sur l'Australien Nick Kyrgios.

Dans ce duel entre deux jeunes joueurs de grand talent, la quatrième tête de série s'est montrée intraitable contre un adversaire qui avait offert deux solides performances pour atteindre les huitièmes de finale.

Après avoir été contraint de disputer un marathon de 2 h 31 min contre le vétéran français Richard Gasquet mercredi soir, lors duquel il a même dû sauver trois balles de match, l'Allemand de 20 ans n'a eu besoin que de 71 minutes pour accéder au tour suivant.

Autres résultats

  • Robin Haase (NED) bat Grigor Dimitrov (BUL) 7-6 (7/3), 4-6, 6-1
  • Diego Schwartzman (ARG) bat Jared Donaldson (USA) 0-6, 7-5, 7-5
  • Kevin Anderson (RSA) bat Sam Querrey (USA) 6-4, 6-1
  • Roberto Bautista Agut (ESP) bat Gaël Monfils (FRA) 4-6, 7-6 (7/5), 7-6 (7/2)

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une bulle gèle sous nos yeux





Concours!



Rabais de la semaine