Pour une deuxième année de suite, le Canadien a traversé le mois d'octobre de façon quasi parfaite. Les raisons derrière ses nouveaux succès sont, en grande partie, assez différentes.

La contribution de Shea Weber y est indéniable. Troisième étoile de la semaine dans la LNH (derrière les gardiens Craig Anderson et Devan Dubnyk), joueur du mois et gagnant de la coupe Molson chez le Tricolore, Weber s'est vite constitué un noyau de nouveaux admirateurs.

L'un d'entre eux s'appelle Marc Bergevin qui est assez catégorique sur l'impact de son défenseur depuis son arrivée à Montréal. 

« Ça change tout!, lance le directeur général. Ce qui amène sur la patinoire mais aussi en dehors, dans le vestiaire, partout. Son attitude, son comportement, les petits détails qui montrent que c'est vraiment un leader. Tout ce qu'on disait sur Shea Weber, c'est vraiment ça ! Et encore plus. »

Auteur de 10 points (4 buts et 6 passes) et d'un différentiel de +12, Weber s'est hissé parmi les meneurs du circuit.

Mais Shea Weber reste bien humble devant ce succès personnel et continue de parler du collectif.

« J'essaie simplement d'être moi-même, de m'intégrer au groupe qui est extraordinaire. Nous allons dans la bonne direction. Mais il faut s'assurer maintenant de continuer. »

Quant à l'honneur de la Coupe Molson, si souvent remportée par le gardien Carey Price ces dernières saisons, Shea Weber nous a surpris avec une pointe d'humour.

« C'est vraiment bien que Carey (Price) ait raté quelques matchs (rires). C'est la seule façon que quelqu'un d'autre peut la gagner. »

Plus important encore aux yeux de la direction du Canadien, le vétéran est en train de lui donner raison d'avoir « sacrifié » P.K. Subban pour faire son acquisition.

Marc Bergevin et Michel Therrien l'encensent à qui-mieux-mieux. Lundi, le directeur général a affirmé que l'équipe gérait mieux son excellent début de saison et qu'elle le devait en grande partie à Weber.

« L'attitude est plus calme, davantage professionnelle. [Les joueurs] se préoccupent simplement du prochain match. Je suis certain que ça a beaucoup à avoir avec Shea (Weber). Si tu le regardes, il a cette attitude. C'est juste un match (pour lui), passons au prochain. »

« On va se calmer le pompon »

Avec une récolte de 17 points sur une possibilité de 18 et 7 victoires de suite, Bergevin peut se permettre d'être enthousiaste, mais refuse de s'emporter. 

« On ne gardera pas ce rythme-là pour les 82 matchs. C'est impossible. Nous aurons des périodes difficiles. Ce sont des points à la banque en ce moment. Deux points en octobre, ce sont les mêmes points au mois d'avril. Mais encore là, il en reste 73. Il y a beaucoup de choses à travailler. »

Bergevin ne voit pas de mal à ce que le défenseur de 37 ans Andrei Markov voit son temps de jeu réduit. Il ne semble pas s'inquiéter de Tomas Plekanec qui n'a toujours pas marqué (0-3) en neuf matchs cette saison. Et le directeur général continue d'apprécier les détails auxquels Plekanec porte attention du côté défensif de la rondelle. 

Collectivement, il y a l'attaque massive qui produit et qui fait plaisir à Marc Bergevin.

Le Canadien a récolté pas moins de sept buts avec l'avantage d'un homme lors des huit derniers matchs.

« Il y a beaucoup de choses que j'aime : notre jeu de puissance, on marque des buts aux moments-clés. »

Le patron du CH cite en exemple les matchs contre les Islanders de New York et les Maple Leafs de Toronto qui se sont soldés avec des buts en avantage numérique. Mais il garde les deux pieds bien sur terre. 

« (La saison) est encore jeune! On va se calmer le pompon », a lancé Bergevin.

L'Halloween en Bleu-blanc-rouge

Les joueurs du CH ont aussi célébré la fête de l'Halloween. Et de toute évidence, ils font là aussi attention aux détails! Constatez vous-mêmes.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?