Retour

Signaler un nid-de-poule? Il y aura une application pour ça

Le service 311 de la Ville de Montréal va faire peau neuve à partir de septembre, grâce à un investissement de 28 millions de dollars.

Un texte de Bahador Zabihiyan

Présentement, une personne qui veut communiquer avec la Ville pour poser une question, se plaindre ou faire une requête doit téléphoner au 311 ou remplir un formulaire en ligne.

À partir du 30 septembre 2017, les résidents de sept arrondissements pourront signaler sept types de situations problématiques à la Ville grâce à une application qui permettra de prendre des photos et de géolocaliser le problème.

Les sept arrondissements :

  • Verdun
  • Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce
  • Rivières-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles
  • Saint-Laurent
  • Sud-Ouest
  • Rosemont-La-Petite-Patrie
  • Ville-Marie

Les sept situations :

  • Nids-de-poule
  • Graffitis
  • Mobilier urbain
  • Éclairage
  • Propreté des parcs
  • Nettoyage des rues
  • Collecte de branches et d'arbres

Le site Internet sera aussi modernisé et il sera possible de clavarder avec la Ville. Les usagers pourront aussi créer un profil sur le site de la Ville et suivre le cheminement de leur requête, plutôt que d’avoir à téléphoner plusieurs fois au 311.

Les réseaux sociaux seront aussi mis à contribution pour le traitement des signalements.

De son côté, la Ville pourra plus facilement informer la population en cas de situations d’urgence.

Le 311 n'est pas 2.0

Aujourd’hui, le service 311 de la Ville de Montréal est loin d’être à l’avant-garde. Le maire le reconnaît. Denis Coderre dit que Montréal veut s’inspirer de Boston ou de Tel-Aviv, ville dans laquelle il s’est récemment rendu.

« Le maire de Tel-Aviv, il a un tableau devant lui […] il a le temps de l’appel, le nombre d’appels, puis si on a honoré l’appel », dit M. Coderre.

Le projet d’implantation du nouveau service 311 va coûter plus de 28 millions de dollars.

Sylvain Ouellet, de Projet Montréal, estime que la modernisation du 311 est nécessaire, mais il craint les dépassements de coûts et les retards éventuels.

« Je vais le croire quand je vais le voir », dit M. Ouellet, qui s’occupe des dossiers liés à la ville intelligente. Il cite l’exemple d’Info-Neige, une application destinée à réduire le nombre de véhicules remorqués.

« Ce qu’on constate, uniquement cet hiver, […] c’est qu’il y a eu plus de remorquages qu’auparavant. En plus, il y a eu des problèmes informatiques », dit-il. M. Ouellet estime aussi que la Ville a besoin de plus d’employés pour répondre aux demandes du nouveau système 311.

« Ce n’est pas en rajoutant du monde [qu'on va y arriver], c’est en s’assurant de leur performance », rétorque le maire.

Faire sauter sa contravention par vidéoconférence?

M. Coderre indique aussi que la Ville se penche sur la numérisation de la Cour municipale, sans donner d’échéancier.

« On pourra peut-être mettre des salles de vidéoconférences dans les arrondissements, puis [les citoyens] passent devant le juge et on règle le problème », dit M. Coderre.

On veut aussi permettre à ceux qui veulent contester une contravention de présenter leur preuve sur un support numérique. À l’heure actuelle, tous les documents sont sur papier.

Une Ville, 150 comptes sur les réseaux sociaux

La Ville veut aussi diminuer le nombre de ses comptes sur les réseaux sociaux. Aujourd’hui, Montréal compte pas moins de 150 comptes sur les principaux réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter.

« Il y a un ménage important qui va s’opérer dans les prochains mois », dit le conseiller Harout Chitilian, qui s’occupe des questions numériques.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine